Pourquoi WeShareBonds ne finance pas les TPE ?


WeShareBonds connecte l’épargne aux entreprises françaises, afin de rendre cette épargne productive. Le sens citoyen du terme « productif » convient à toutes les entreprises françaises, qui créent nos richesses et nos emplois ; cependant nous considérons chez WeShareBonds que le sens économique du mot « productif » ne peut être envisagé que pour une certaine catégorie d’entreprises, les TPE n’en faisant pas partie.

Non pas que les TPE (Très Petites Entreprises) ne soient pas créatrices de valeur. Mais il n’existe à ce jour ni scoring satisfaisant sur cette catégorie d’entreprises, ni données statistiques sur les taux de défaut et de défaillance modélisables dans le temps et permettant de prévoir le risque associé à un portefeuille de crédit TPE.

Les TPE présentent des spécificités, défavorables pour les prêteurs particuliers

Tout d’abord, l’analyse du risque crédit entreprise concerne uniquement les sociétés à risque limité. On exclura donc toutes les TPE qui ne sont pas de cette nature, et dont le risque crédit relève de facto de l’actionnaire dirigeant (risque individuel).

Les TPE restent malgré tout, par nature, des entreprises individuelles ou quasi individuelles, ce qui de facto revient donc à prêter indirectement à une personne physique plutôt qu’à une entreprise au sens littéral du terme.

Par ailleurs, prêter à une TPE se fait selon nous dans un contexte juridique défavorable pour le prêteur. En effet, prêter à ce type d’entreprise (sociétés à risque limité) induit que la responsabilité de l’emprunteur (la société) est limitée au capital de l’entreprise ; pourtant, si le dirigeant actionnaire avait choisi, pour financer sa TPE, de souscrire à un prêt à la consommation, il aurait été purement et simplement redevable du montant emprunté et des intérêts, sans limite aucune liée au capital de la société opposable au prêteur.

Prêter à une TPE se fait dans un contexte juridique défavorable pour le prêteur

Encore plus important à considérer pour les prêteurs, seules les PME, ETI et grands groupes, font l’objet d’un suivi du risque crédit par les credit scorer et la Banque de France, via un système de notation revue au minimum une fois par an.

Les TPE elles ne font quasiment pas l’objet d’un suivi par les credit scorer ou la Banque de France. La Banque de France ne suit que les entreprises ayant plus de 750k€ de Chiffre d’Affaires (CA), et plus de trois ans d’existence. A date la Banque de France suit 250.000 entreprises ; en comparaison, il y a en France 3,2 millions de TPE, contre 150.000 PME environ, toutes suivies par la Banque de France.

Seules les PME permettent de mesurer le risque lié à un portefeuille de crédits

Ces notations (credit scorer, Banque de France) sont très utiles et permettent de suivre les statistiques de défaut et de défaillance des entreprises scorées, les PME, dans le temps et sur des bases statistiques fiables. Ces notations sont aussi un outil de base pour constituer des portefeuilles d’emprunts dont le taux de défaut et de défaillance peut être anticipé car mesurable, ce qui permet d’estimer assez précisément le rendement net de défaut et de défaillance pour l’investisseur. A fortiori, le seul recours au risques sur un portefeuille de crédit TPE est la diversification sur plusieurs émetteurs, puisque rien ne permet de mesurer le risque plus finement, de façon fiable, sur ce type d’entreprises.

C’est pour ces raisons que WeShareBonds ne propose pas le financement de TPE, mais uniquement de PME.

A terme, nous continuerons à aider nos clients dans la maîtrise du risque crédit, en leur proposant de souscrire directement à des fonds de crédits WeShareBonds, dédiés aux PME performantes, qui leur offriront une diversification satisfaisante et un rendement net raisonnablement estimable.


Voir les commentaires