Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Black Friday !

black friday, 2020, covid, reporté, amazon, soldes, promotions, vendredi noir, e commerce, ouverture des commerces, ventes, shopping

Les financiers ont leur « Jeudi Noir », les consommateurs leur « Black Friday ». Cette grand-messe consumériste qui vient des États-Unis, a lieu à l’occasion du week-end de Thanksgiving. Signe des temps, la Chine qui organise un Singles’ Day, deux semaines plus tôt, depuis 2009, semble désormais rafler la mise. Cette année, la période de promotions, qui n’était même pas certaine de se produire, a fini par s’organiser plus ou moins autour de la première semaine de décembre. En effet, comme les promotions commencent toujours à se déployer avant l’officiel vendredi noir, ce qu’on appelle alors la Black Week commencera au 30 novembre pour se finir au 7 décembre pour le Cyber Monday. De plus, de nombreuses enseignes et sites marchands comme Amazon France ont, ont malgré tout, accepté de reporter leurs promotions du Black Friday du 27 novembre au 4 décembre. Retour sur la signification et les origines de cet événement promotionnel qui soulève des foules chaque année.

Le Black Friday en quelques mots

Cet événement s’inscrit dans le week-end suivant Thanksgiving (« Rendre Grâce »). Une fête religieuse où l’on remercie pour les choses positives que l’on a reçues pendant l’année.  Son origine est liée à l’histoire des premiers colons débarqués du Mayflower. Ces derniers célébrèrent ainsi leur première récolte après avoir survécu grâce à l’aide des autochtones. Devenu jour férié, elle s’est ensuite muée en un événement plus commercial. Un week-end au cours duquel les gens s’accordent un congé et entament leur course de fin d’année en vue de Noël. L’appellation « Black-Friday » serait par ailleurs liée aux normes comptables anglo-saxonnes. Le rouge représentant des déficits, à l’opposé du « black » synonyme de profit (et de ventes massives).

Infographie histoire du Black Friday

Source : https://www.thebalance.com/what-is-black-friday-3305710

Il s’agit désormais d’un événement convivial et global. En effet, selon la NRF (National Retail Federation), environ 165 millions d’Américains devraient faire des achats durant ce week-end. Celui-ci se termine alors par le « Cyber Monday », illustration supplémentaire du poids grandissant de l’e-commerce.

Infographies Black Friday ventes comparatives

Depuis quelques années – à l’instar d’Halloween- ce phénomène touche également la France, selon l’étude « OpinionWay-iloveretail.fr : les Français et le Black Friday », 95% des Français en ont entendu parler et 80% savent de quoi il s’agit. Un Français sur deux réalisera au moins un achat à cette occasion. C’est une opportunité d’acheter en avance des cadeaux de Noël pour 30%, de faire des économies (29%), d’obtenir des biens sinon inaccessibles (11%) ou d’augmenter son pouvoir d’achat (8%).

Black Friday vs Singles’ Day

Les commerçants en France ont tenté récemment de lancer une version locale, les « French Days » (sic) avec un succès très mitigé. D’autres ont eu plus de chance, c’est le cas notamment du chinois Alibaba avec sa Fête des célibataires qui se tient chaque 11 novembre (11+11). L’entreprise qui réalise la moitié du chiffre d’affaire de l’e-commerce en Chine semble battre tous les records.

Chaque édition est l’occasion de mesurer le rythme de consommation enregistré au cours de cette journée. Pour le millésime 2019, Alibaba a dû attendre un peu plus d’une minute pour générer le premier milliard de dollars de vente. Avec 38,4 milliards de dollars sur une seule journée, le résultat est impressionnant.

Statistiques ventes Black Friday comparaison avec les Singles' Day en Chine

Un phénomène qui témoigne au final de plusieurs points : le dynamisme de la consommation chinoise, l’essor de l’e-commerce, une certaine mutation de la distribution, et un positionnement en pointe sur les mobiles (90% des achats du jour). En dernier lieu, une illustration de la guerre commerciale et d’influence entre Chine et Etats-Unis. Alibaba vient d’ailleurs de s’introduire en bourse également à Hong-Kong après New-York).

Nouvelles pratiques et quête de sens ?

En France – où les soldes sont encadrées par le code du Commerce – ce mouvement ne fait pas toujours l’unanimité. Des députés avaient même voté un amendement en 2019 en vue de l’interdiction du Black-Friday. Des initiatives telles que #sansmoi avaient alors fleuri sur internet et des distributeurs avaient décidé de boycotter l’événement voir de fermer leur site d’e-commerce ce jour-là. Engagement réel pour défendre une démarche qualitative, ou moyen détourné de se faire de la publicité à bon compte ?

Cela n’est pas sans rappeler le mouvement suédois, du flygskam » (la honte de prendre l’avion) et désormais du « köpskam » (la honte de faire des achats) dans la patrie de Greta Thunberg. Avec la sensibilité croissante pour l’écologie, la question de la surconsommation et du gaspillage, s’était introduite dans le débat, avec la notion d’acheter moins et mieux. En premier lieu la « génération Z » née après l’an 2000, se sentit touchée par cette problématique.

Par ailleurs, avec le phénomène des « ventes privées » et la multiplication des opérations de promotions (parfois de « fausses promos » ainsi que le relevait récemment UFC Que Choisir), les consommateurs peuvent parfois nourrir des doutes et se sentir perdu sur la valeur réelle des choses et leur juste prix, dès lors que l’on sort d’opération limitées de déstockage.

Finalement, le Black Friday n’a pas été interdit pour 2020. De plus, les priorités des consommateurs et commerçants ont, bien évidemment, été grandement altérées depuis la crise du covid. En effet, selon Bercy, la DGCCRF fera simplement ses vérifications annuelles. C’est-à-dire, s’assurer au cas par cas, qu’il n’y pas de revente à perte ni de pratiques commerciales trompeuses. Cela s’explique par le fait qu’il n’y a aucune base légale pour interdire le Black Friday selon le gouvernement.

En entendant, si vous hésitez encore pour vos achats, ou n’avez pas encore dépensé tout votre budget, vous pouvez toujours placer vos liquidités sur WeShareBonds. Vous financerez ainsi l’économie réelle et pourrez faire usage de cet argent plus tard, augmenté des intérêts 😊.

Publication originale le 28 novembre 2019, mise à jour le 26 novembre 2020

Sujet(s):

Articles recommandés