Calcul du BFR : Comment peut-on le faire simplement ?


Approche basique de la notion et le calcul du BFR

Le calcul du BFR est un outil essentiel dans le pilotage d’une entreprise pour éviter de se retrouver face à une situation de cessation de paiements, ou « trou de trésorerie ». La PME n’étant alors plus à même de faire face à ces échéances. Dans ce cas extrême : la contrainte de passer alors par un plan de conciliation, un dépôt de bilan avec la nomination d’un administrateur qui permettra de se mettre provisoirement à l’abri des créanciers de la société, avec toutes les conséquences négatives que cela implique. Cessation de paiements, plan de continuation si ces étapes peuvent permettre de donner un nouveau départ à une société en difficulté, le risque de liquidation judiciaire, est toujours présent. Afin d’éviter de se trouver face à ce type difficulté, la gestion des échéances de trésorerie, notamment court terme et donc du fameux BFR est l’un élément-clé dans le cadre de la gestion globale de ses financements par la PME.

Définition et calcul du BFR

Le BFR représente le montant de liquidités nécessaires pour financer les dépenses que l’entreprise est amenée à engager dans son cycle d’exploitation. Il ne s’agit pas de profit mais de flux. Des décalages entre les encaissements provenant de la vente des produits et services et les paiements nécessaires pour réaliser la prestation.

Nous avions déjà évoqué les grands équilibres du bilan (cf. article Comment financer son BFR ? ) et l’imbrication structurelle entre ressources Long terme (FR), court terme (BFR) et le solde de trésorerie :

calcul du BFR, wesharebonds, bfr calcul, calcul a faire, calcul bfr, calcul du bfr, calcul fr bfr, besoin en fond de roulement définition

Comptablement, le BFR d’une entreprise correspond à la différence entre l’actif circulant et le passif circulant (zone verte) :

L’actif circulant : représente la somme des valeurs des stocks détenus par l’entreprise (matières premières, marchandises, fournitures, produits finis) et des créances clients ainsi que les autres créances d’exploitation.

Le passif circulant : comprend les dettes financières de l’entreprise (crédits fournisseurs, dettes fiscales et sociales…).

Comment gérer  le BFR ?

La première règle est d’anticiper notamment en ayant un prévisionnels clair en termes d’activité. Cela permettra de mobiliser en amont les ressources nécessaires auprès d’un partenaire financier pour faire face à un besoin momentané de trésorerie.

Pour bien appréhender cela, un moyen simple consiste à exprimer chaque poste du calcul en le ramenant en jours de Chiffres d’affaires, ce qui permet de comparaisons faciles (ne pas oublier les éléments tels que la TVA dans le calcul !)

Ainsi un délai fournisseur sera par exemple de 60 jours, un délai clients de 90 jours, le montant des stocks conservés par exemple de 3 mois de chiffres d’affaires…

En cas de besoin structurel et récurent identifié (ex : société de prêt-à-porter en croissance dont besoins seront en augmentation régulière avec un flux de trésorerie négatif malgré une profitabilité comptable), il sera nécessaire de prévoir un renforcement long terme de la structure financière via des apports en fonds propres.

Par ailleurs adopter une gestion proactive de chaque poste :

  • Mettre en place une gestion optimisé des stocks, si nécessaire en investissant dans une ERP spécialisé
  • S’efforcer de faire respecter les clauses de paiement par ses donneurs d’ordres. Même si ce point est toujours délicat, la loi LMP impose aux donneurs d’ordres de respecter des délais contractuels afin de ne pas mettre en difficulté leurs fournisseurs PME
  • Essayer d’obtenir des ristournes de la part de ses fournisseurs en contrepartie de délais de paiement courts proposés
  • Mobiliser des créances lorsque cela est possibles pour faire face à des échéances sur une période donnée ou la trésorerie est tendue et passer ainsi le cap.

En quoi le crowdlending peut-il aider ?

Malgré toute l’attention portée à la notion et au calcul du BFR, certaines activités rendent la gestion de ce poste structurellement difficile. Par ailleurs en fonction de la nature des créances au bilan (petites contreparties) il est peut-être difficile de mobiliser celle-ci auprès d’un partenaire factor.

Les banques également peuvent être parfois en difficulté pour intervenir sans contre-garantie sur des actifs tangibles et sur la base d’un simple prévisionnel.

À ce titre, le crowdlending qui va se fonder sur l’analyse du prévisionnel de trésorerie, sans prise de sûreté sur des actifs est un outil à ne pas négliger, notamment pour financer de la croissance. C’est d’ailleurs la principale raison invoquée par les PME qui se sont financées chez WeShareBonds.

Le financement du BFR peut être sur des maturités diverses, en prêt amortissable, ou in fine si nécessaire.

Au final cependant, la société devra démontrer sa capacité à gérer un cash-flow positif dans une optique moyen/long terme. C’est le critère clés que nous suivons dans l’analyse crédit, la capacité de la société à faire face à ces échéances à terme. C’est la raison pour laquelle, nous exigeons une certaine qualité de crédit, un seuil d’activité minimum (1M€ de CA) et un historique (3 ans) qui permette d’analyser et de se projeter.


Voir les commentaires