Entrepreneurs : Comment choisir sa plateforme de crowdfunding ?


Le crowdfunding est récemment devenu une réalité grâce à l’évolution des technologies (internet, outils de paiements fintech) et d’un cadre législatif favorable. Il s’est imposé comme une voie alternative et complémentaire de financement pour les PME ainsi qu’un nouveau vecteur de placement pour les particuliers et les institutionnels.
Si l’on insiste souvent sur l’aspect investisseur dans le choix d’une plateforme de crowdfunding, le choix n’est pas anodin également côté entrepreneur. Pour exploiter au mieux le potentiel des plateformes, l’entrepreneur doit s’assurer de l’adéquation avec ses besoins ainsi qu’il le ferait dans n’importe quelle décision de gestion.


plateforme de crowdfunding, crowdfunding entrepreneurs

Choisir des modalités compatibles avec l’entreprise

Si un besoin de financement existe, toutes les solutions ne se valent pas. La nature du financement doit être adaptée au mieux au besoin et aux possibilités de l’entreprise.

  • La plateforme d’equity : elle implique le choix structurant d’ouvrir son capital. Cette décision n’est pas neutre dans la vie future de l’entreprise avec l’arrivée de nouveaux associés. Cette solution est cependant adaptée à des PME qui, sans avoir la volonté ou l’opportunité de s’adresser à des capitaux risqueurs ou à des business-angels, ont un besoin de financement, et par ailleurs une capacité d’emprunt encore limitée.
  • Les plateformes de prêt (crowdlending) : souvent assez flexible par l’absence de prise de sûreté sur les actifs, elles peuvent être structurellement compatibles avec d’autres sources de financement (bancaires, equity…). Les modalités sont variables : in fine, amortissables, durée plus ou moins long terme. Elles sont cependant réservées à des entreprises pouvant justifier d’un certain historique et des perspectives de cash-flow et de rentabilité.
  • La plateforme dite « participative » : la contrepartie du financement sera un produit ou une compensation en nature. A ce titre ces plateformes peuvent-être adaptées pour les entreprises en amorçage. Elles permettront par ailleurs de valider un concept au plan marketing, de créer une communauté d’utilisateurs calquée sur le modèle d’une vente privée.

Enfin avant d’envisager un type de financement, il sera indiqué de se poser la question de la faisabilité et prendre en compte certaines contraintes. Nous avions ainsi vu que certains projets tels que des opérations d’acquisition pouvaient connaître certaines contraintes (conditions suspensives, timing : Notre article sur l’acquisition d’entreprises).

Vérifier les aspects légaux de la plateforme de crowdfunding

L’entrepreneur qui fait appel à une plateforme de crowdfunding s’engage dans une relation juridique tripartite : PME, plateforme, investisseurs. La plateforme se trouvant au milieu.

À ce titre, il est important de s’assurer que la plateforme de crowdfunding aura les ressources pour mener à bien son rôle de conseil et d’accompagnement et pour assurer la gestion de la relation avec les investisseurs.

La loi Macron a précisé le cadre légal permettant aux plateformes d’opérer. Celles-ci doivent faire l’objet d’un agrément visé par l’AMF (Conseiller en investissement participatif CIP) ou de l’ACPR (Intermédiaire en investissement participatif IFP). À ce titre il est important de vérifier que les plateformes ont un agrément en règle auprès de l’ORIAS.

Ne pas négliger l’aspect marketing

Au-delà de l’aspect financier, le recours au crowdfunding est une occasion de communiquer auprès du public dans le cadre de l’opération.
Il peut être intéressant de privilégier les plateformes plus spécialisées sur certaines thématiques (technologie, immobilier, social et environnement, amorçage…), qui sont en adéquation ou présentent des affinités avec la nature de l’activité de l’entreprise et son positionnement. Cela permettra de maximiser également les chances de succès.

La sélection des projets déjà financés sur la plateforme de crowdfunding, la communication réalisée autour des opérations et la mise en avant des entreprises, sont des éléments à prendre en compte.

Le choix de la plateforme intermédiaire, peut indirectement impacter la réputation de la société. À ce titre certains sites spécialisés tel que www.crowdlending.fr permettent de mesurer la satisfaction des investisseurs, et effectuent des classements qualitatifs.

Maximiser les chances de succès

En fonction du montant recherché, la PME pourra privilégier certaines plateformes. Au-delà des limites légales fixées par l’AMF pour les plateformes dotées d’un agrément CIP (2,5 M€), chaque plateforme a ses propres limites. L’historique des projets financés permettra également de mesurer la capacité de la plateforme à assurer le succès de l’opération.

Certaines plateformes s’engagent à garantir le succès financier de l’opération (comme cela peut être le cas avec les banques d’affaires introductrices en bourse qui s’engagent à souscrire le montant nécessaire). Chez WeShareBonds, même si nous avons un plafond, nous avons choisi de garantir la bonne fin des opérations de levés fonds : sur chaque opération de crowdlending mise en ligne, le fonds de crédit participe à l’opération et s’engage à souscrire tout montant résiduel qui n’aurait pas été souscrit par la foule à l’issue de la collecte de 30 jours.

Enfin l’activité de financement repose sur la construction d’une relation de confiance entre les PME en recherche du financement, les souscripteurs investisseurs et l’intermédiaire. Même s’il peut être utile de faire jouer la concurrence, le choix d’une plateforme de crowdfunding peut aussi relever d’un choix long terme avec l’optique d’entamer une relation sur plusieurs opérations, comme cela est déjà le cas dans le cadre d’une relation bancaire. Un premier projet financé peut-être le départ d’une relation plus large pour des financements plus importants avec la croissance de l’entreprise (chez WeShareBonds, l’arrivée d’un partenaire stratégique La Banque Postale, relève ainsi du choix de pouvoir à terme proposer des synergies avec le monde du financement bancaire plus traditionnel).

Crowdlending, crowdfunding les options sont nombreuses, et le secteur du financement participatif connaît une croissance soutenue. Entrepreneurs, il ne vous reste plus qu’à faire votre choix !


Voir les commentaires