Covid-19 : un plan de 4 milliards d’euros pour les start-up

Plan de 4 milliards d'euros, soutenir les start-up française, plan contre le covid-19, coronavirus, financement pme et statups

Mis à jour il y a 3 mois

Maintenir le tissu industriel et préserver les acteurs de l’innovation que sont les start-ups émergentes semble être une des priorités du gouvernement. Cette nouvelle initiative présentée par Cédric O, secrétaire d’État à l’innovation fait échos au concept de « start-up nation » cher à Emmanuel Macron. Les start-up seront en effet, à terme, l’un des piliers de la compétitivité du pays. Le gouvernement annonce un plan de 4 milliards d’euros pour les start-up.

Un fonds d’urgence pour répondre à la situation spécifique des start-up

Start-up rime avec hyper-croissance, et la plupart du temps les entreprises dans cette situation sont confrontées à « l’equity gap » : cette période où elles doivent compter sur des financements externes en fonds propres avant d’avoir accès à une gamme de financements plus classiques une fois atteinte la profitabilité.

Dans le contexte actuel, indépendamment des difficultés quotidiennes du « business », le risque que de nombreuses start-ups ayant besoin de fonds pour continuer à se développer se trouvent sans solution augmente sensiblement. Que ce soit du fait d’une augmentation de l’aversion au risque des investisseurs, d’une crise de liquidité de ces derniers, ou de discussion rendues désormais très compliquées (valorisations, prévisions) par la situation à court terme.

Par ailleurs, le secrétaire d’État a rappelé le rôle primordial des start-up dans l’économie « Les start-up ont un poids croissant dans l’économie, en particulier dans les emplois. Elles développent également des produits et services innovants dont l’utilité est d’autant plus reconnue par les Français dans le contexte du confinement, notamment pour la téléconsultation, le télétravail ou la livraison. Du fait de la spécificité de leur modèle de développement, il convenait de prendre des mesures d’urgence dédiées afin de soutenir, aux côtés de leurs actionnaires, celles dont l’activité est fortement affectée par le COVID-19. Au total, ce sont presque 4 milliards d’euros dont vont pouvoir bénéficier les start-up pour leur trésorerie. »

Un plan de 4 milliards d’euros en faveur de la « french tech »

Sans exclure les start-up des autres dispositifs déjà mis en place (allégement de charges, garantie de l’état via le prêt le Maire) l’initiative mise en place comprend une enveloppe spécifique de 4 milliards. Plusieurs mesures ciblées ont ainsi est décidées en faveur des start-up.

80 millions d’euros pour financer des « equity bridges »

Ce dispositif géré par Bpifrance et financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) est destiné à financer des sociétés dont le processus de levée de fonds s’est trouvé interrompu par le Covid-19. Une enveloppe de 80 millions sera investie via des obligations convertibles. Cette somme a vocation à être abondée à raison d’au minium 1 pour 1 par des investisseurs privés.

Remboursement accéléré du CIR

Un dispositif général ici, de remboursement anticipé des créances d’impôt sur les société et de crédits de TVA a été mis en place. Pour les start-ups il est également proposé une restitution immédiate du CIR (Crédit Impot Recherche) au titre de la liasse fiscale 2019 ce qui représente une avance de 1,5 milliards d’euros.

Versement accéléré des aides à l’innovation du PIA déjà actés

Les aides à l’innovation validées issues du PIA (Plan d’Investissement d’Avenir) seront versées par anticipation soit une enveloppe de 250 millions d’euros. Un report des échéances de remboursement jusqu’à 6 mois pour les dispositifs d’avance/remboursement est mis en place.

Maintien de l’enveloppe BpiFrance d’aide à l’innovation de 1,3 millards d’euros

L’enveloppe prévue par ailleurs pour 2020 est maintenue principalement via des subventions, avances remboursables, prêts.

Prêt de trésorerie garanti par l’Etat

Enfin, une des mesures phare du plan d’urgence annoncé récemment, l’octroi d’une garantie de l’état de 300 milliards d’euros sur les nouveaux prêts bancaires, est également accessible aux start-up.

Accordé par les banques. La garantie sera de 90% maximum sur des prêts accordé un coût modique, avec différé d’amortissement d’un an et une durée prorogeable jusqu’à 6 ans.
Le cadre général fixe un montant maximum mobilisable égal à 25% du dernier chiffre d’affaires. Par dérogation pour les start-up ce montant pourra atteindre le maximum entre de deux fois la masse salariale France 2019 et 25 % du chiffre d’affaires annuel. Le montant en jeu est estimé pour les start-up est estimé à 2 milliards d’euros.

Publication originale le 1 avril 2020, mise à jour le 1 avril 2020

Sujet(s):

Articles recommandés