Le crowdlending peut-il avoir un effet « boost» pour réorienter l’épargne ?


Il y quelques années les pouvoir publics faisaient le constat (notamment le rapport parlementaire « Dynamiser l’Epargne financière des ménages pour financer l’investissement et la compétitivité » d’avril 2013) que l’économie ne souffrait pas d’un manque d’épargne mais plutôt d’une mauvaise orientation ou allocation de celle-ci vers des projets productifs (le crowdlending, par exemple).

Un taux d’épargne en hausse

Par ailleurs la Banque de France indiquait récemment que le taux d’épargne des ménages (le taux d’épargne est le rapport entre l’épargne des ménages et le revenu disponible brut) était en hausse à un niveau de 15,3%. Il est même le plus élevé d’Europe derrière celui des Allemands (plus de 16%), pour comparaison les Italiens se situent à 11%, les Espagnols à 10% et le Royaume-Uni à 6%.

Le taux d’épargne des Français est le deuxième plus élevé d’Europe derrière l’Allemagne

Tout cela semble plutôt positif, les français gagnant plus pourraient donc allouer plus d’argent à leur épargne. Le constat n’est cependant pas aussi clair puisque cela traduit avant tout un effort de français pour se constituer un « bas de laine » en limitant leur consommation.
Ainsi que le souligne la Banque de France « la crise pourrait avoir conduit les ménages à modifier leurs anticipations de revenu permanent et entrainé une baisse de la consommation

Seuil psychologique des 3,5% : le crowdlending, une opportunité

Dans ce contexte, la Caisse d’Epargne a réalisé en mars 2016, une grande étude sur le comportement de ses clients : le constat, un « changement radical » dans leur comportement d’épargne depuis 7 ans, qui s’est accentué au cours des deux dernières années : l’épargne est désormais principalement portée par les comptes courants (dépôts à vue). En effet, selon les chiffres de la Banque de France, les encours des dépôts à vue ont progressé de 30 milliards d’euros en 2015 (16 milliards d’euros en 2014). Tout comme l’année 2015, 2016 devrait également être une année record.

• 43% des personnes interrogées optent pour le dépôt à vue parce que l’argent peut être retiré à tout moment
• 38% estiment qu’aujourd’hui cela ne vaut pas le coup de placer son argent sur des placements qui rapportent peu
• le taux de rendement minimum incitatif pour placer son épargne se situerait à 3,5%

Les encours de dépôts à vue ont sont passé de 16 milliards d’euros en 2014 à 30 milliards en 2015

C’est ici que le crowdlending présente une réelle opportunité, dans un contexte où le livret A et les contrats d’assurance-vie offrent des rendements très faibles, où les marché boursiers sont difficilement lisibles, prêter directement à des PME peut à la fois offrir des rendements (de 4% à 10%) attractifs tout en contribuant à financer des projets productifs pour l’économie réelle.


Voir les commentaires