Crowdlending vs Crowdfunding : Quelles différences ?


L’apparition des plateformes de crowdfunding et de crowdlending en France est relativement récente. Elle coïncide avec une évolution des technologies permettant aux plateformes de crowdfunding d’entrer en relation directe avec des particuliers via internet ; et à une évolution de la réglementation qui a acté de la fin du monopole bancaire pour les prêts, ceux-ci étant disponibles désormais sur les plateformes de crowdlending via des prêts participatifs.

Crowdlending ou crowdfunding, les plateformes s’adressent à un large éventail d’acteurs économiques

Quelles différences entre le crowdlending et le crowdfunding ?

De manière générale le point commun est l’accès direct par les souscripteurs investisseurs au projet mis en ligne afin de pouvoir faire leur propre sélection et donc le caractère participatif. La plateforme jouant le rôle d’intermédiaire dans la sélection des projets (et par ailleurs généralement du niveau de taux et des modalités du prêt ou la de valorisation retenue pour des entreprises). Certaines plateformes mettent cependant en place des processus de pré-sélection des dossiers financés auprès de leur base de souscripteurs, ou bien laissent les souscripteurs décider du niveau de taux via un système d’appel d’offre (enchères).
Ceci dit, le niveau de risque supporté par les souscripteurs – ainsi que parfois l’optique suivie – dans les deux systèmes est de nature assez différente.

wesharebonds-crowdlending-crowdfunding

 

Crowdfunding : l’investissement en actions

Le crowdfunding, terme générique, présente prioritairement des projets d’investissement en actions (« equity ») qui par nature présentent un risque et une volatilité plus élevée ainsi qu’une inconnue plus forte sur l’horizon de liquidité (surtout concernant des start-up en phase d’amorçage). La liquidité interviendra (ou non) généralement à moyen ou long terme avec la cession de la société, et il faut par ailleurs un certain délai pour permettre la progression et une meilleure valorisation de la société. Il existe également des sous-catégories où l’enjeu du financement proposé consiste à soutenir ou valider la sortie d’un nouveau produit, les souscripteurs étant rémunérés de manière symbolique ou bien par la livraison d’un exemplaire du produit (on se rapproche alors d’un modèle de vente privée).

Le crowdfunding a pour but de faire valider un projet par la foule

Le modèle d’origine du crowdfunding était d’ailleurs d’exploiter cette notion de foule (« crowd ») pour valider auprès de particuliers la production d’un film ou d’un single et réduire les incertitudes liées à la commercialisation (quelque part les programmes télévisés du type TheVoice procèdent de la même logique, en confiant en grande partie à un large public la sélection finale des futurs artistes, les majors s’assurent en théorie que ceux-ci devraient recevoir un accueil favorable).

Crowdlending : le prêt participatif

Le crowdlending, ainsi que son nom l’indique propose des produits de prêt participatif. Si le risque de perte reste présent, il peut cependant être plus normé et appréhendé. C’est également le cas pour la liquidité qui, sauf cas de défaut, suivra le rythme des remboursements de capital. Dans la cas d’un crédit amortissable, l’investisseur récupérera une partie de son investissement ainsi que les intérêts à des échéances proches et sur une base régulière.

Des plateformes qui alignent leurs intérêts avec les investisseurs particuliers

Par ailleurs aux côtés de la foule des plateformes, comme c’est le cas de WeShareBonds, plateforme de financement participatif mais également de nombreuses plateformes anglaises telles que Fundingcircle, choisissent de gérer leur propre fonds de crédit, qui a vocation à participer aux opérations de prêt. Cela a l’avantage d’aligner les intérêts avec les investisseurs particuliers et également parfois de garantir la bonne fin et le succès des opérations en proposant un complément significatif aux côtés de la foule. Dans le cadre du crowdlending la rémunération maximum (correspondant au taux d’intérêt) est par avance connue, le taux de défaut sur le prêt de la plateforme étant dès lors un élément d’autant plus clé. Il doit être cohérent avec le taux de rémunération proposé et rester à un niveau bas afin de ne pas annihiler le niveau de rémunération brute.

Crowdlending et crowdfunding : des similitudes

Crowdfunding immobilier

Les deux modèles peuvent cependant se rejoindre : des plateformes de crowdfunding proposent ainsi sur des opérations de crowdfunding immobilier des souscriptions en actions mais avec une proposition de rachat à moyen terme selon des modalités fixes à l’issue de la commercialisation du programme immobilier. Les fonds sont alors consacrés à fournir un complément de financement aux banques dans le cadre d’opérations de promotion immobilière et à financer les besoins entre la mise en chantier et la commercialisation complète. Le risque peut être important car lié à la bonne fin de l’opération, à la réalisation et à la commercialisation sans accroc du programme immobilier, mais la rémunération et l’horizon de liquidité précis prévus sont a priori connus de l’investisseur.

Les obligations convertibles

Enfin concernant les plateformes de crowdlending, la mise en place de produits en obligation convertibles permettraient d’avoir un produit présentant les caractéristiques d’un prêt avec par ailleurs une conversion en action en cas de forte valorisation de la société.

Une opération de crowdfunding en actions entraîne une entrée au capital

Enfin différence importante du point de vue de l’entrepreneur : une opération de crowdfunding en actions pour son entreprise entraînera l’entrée au capital de nouveaux actionnaires, ainsi que la matérialisation d’un niveau de valorisation de l’entreprise. Cela n’est pas neutre dans sa prise de décision. Dans le cadre du crowdlending, dès lors que les prêts ne sont pas adossés à des cautions ou garanties (cela ne signifie pas qu’il n’ont pas vocation à être remboursés mais que juridiquement il ne sont pas gagés sur des actifs de l’entreprise), ceci leur permet de s’inscrire parfaitement en compléments d’autres sources de financement notamment de prêts bancaires.

Finalement, crowdfunding ou crowdlending ?

Enfin les tailles de ces deux marchés : la taille du marché du crowdfunding et la taille du marché du crowdlending sont encore assez différentes. Nous reviendrons prochainement sur l’historique et les perspectives de ces deux offres.
Quoi qu’il en soit les meilleurs sites de crowdfunding ou de crowdlending se distingueront sur le long terme par leur capacité à sélectionner les meilleurs projets, pour maintenir la pertinence de l’offre et le niveau net de rémunération pour les investisseurs, la confiance nécessaire avec les souscripteurs et le caractère vertueux du système.


Voir les commentaires