Déconfinement : Un retour à la normale ?

Mis à jour il y a 5 mois

La France met fin de manière progressive à son confinement depuis le 11 mai. L’objectif était de reprendre une activité sans pour autant déclencher une nouvelle vague de contagion, et les commerçants se sont organisés pour assurer la meilleure protection sanitaire possible dans leur commerce. Parmi eux, les enseignes de prêt-à-porter et de coiffure ont dû mettre en place des mesures draconiennes pour préserver la santé de leurs employés et clients. Retour sur la reprise de leurs activités en temps de pandémie mondiale.

Quelles conditions pour faire notre shopping ?

Le 11 mai, suite à la reprise économique en France, de nombreux commerces, dont les magasins de vêtements, ont ouvert leurs portes après deux mois de fermeture administrative.

Des gestes habituellement anodins, tels que l’essayage, avec la promiscuité qu’il implique au sein des cabines et le contact avec les vêtements, prennent une autre dimension dans le contexte du déconfinement. Des mesures particulières ont donc été mises en place pour la réouverture des magasins, et le ministère du Travail a notamment mis à disposition à cet effet une “fiche métier” concernant les commerces de détail. Cette fiche explique les phases essentielles pour garantir la bonne reprise du secteur tout en atténuant les risques de contamination, et s’articule en trois parties : préparer, réaliser et vérifier.

Cette fiche traite des commerces de détail au sens large, et si elle fournit un cadre afin de protéger clientèle et les employés, elle ne mentionne par exemple ni le port du masque ni celui des gants. Jugeant la fiche incomplète, les syndicats et associations professionnelles, notamment la Fédération Nationale de l’Habillement, ont ainsi proposé des mesures complémentaires sur les aspects spécifiques au secteur du prêt-à-porter.
Ainsi les magasins devront être nettoyés régulièrement, et du gel hydroalcoolique et des masques devront être mis à disposition des clients. Un traçage au sol permettra de faciliter le respect de la distanciation sociale. Le flux de clients entrants se voit notamment réduit, avec une jauge de 1 client pour 16 m². Quant au passage en cabine, pour limiter au maximum la transmission du virus, la Fédération Nationale de l’Habillement recommande d’équiper chaque cabine d’un tapis jetable au sol, ainsi que de rideaux en plastique pour être plus facilement désinfectée. Si les pièces essayées ne conviennent pas, elles seront isolées pendant quatre heures afin d’éliminer les risques de transmission du virus.

Les coiffeurs en voient de toutes les couleurs

Lundi 11 mai, la reprise économique en France a concerné plus de 85 000 salons de coiffure qui ont pu réouvrir leur porte.

Les Français étaient nombreux à se languir de retrouver leur salon de coiffure ! Du côté des professionnels, l’enthousiasme était plus nuancé, étant donné la proximité inévitable avec la clientèle. Pour réduire au maximum les risques de contamination, Christophe Doré, vice-président de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure (UNEC), a fait parvenir au gouvernement une fiche métier. Celle-ci vise à adapter les fonctions aux contraintes de la pandémie. La réponse du ministère à ce protocole de sécurité devrait parvenir prochainement et éclairer du coup la profession sur les points suivants :

  • Nombre de clients adapté à la surface du salon
  • Interdiction de servir le café, de proposer des magazines
  • Obligation pour les clients de venir seuls
  • Blouses devant être lavées sur site
  • Rendez-vous obligatoires

Certains coiffeurs ont accueilli leurs clients dès minuit. Comme de nombreux commerces, les salons de coiffure devront réguler le flux de clients et limiter le nombre de personnes au mètre carré. Recevoir moins de clients va surement conduire les enseignes à allonger leur plage d’horaire de travail, ce qui pose la question de la défiscalisation des heures supplémentaires afin d’alléger les charges pour les chefs d’entreprises.

Les Français ne retrouveront probablement par leurs habitudes et un retour à la normale avant longtemps. Suite à l’impact mondial de la crise du coronavirus, le quotidien des 67 millions de Français continuera d’être bouleversé pour les mois à venir.

Publication originale le 22 mai 2020, mise à jour le 26 mai 2020

Sujet(s):

Articles recommandés