Experts-comptables, pouvez-vous aider les PME à trouver des moyens de financement ?


Experts-comptables : retour sur leurs missions

Les experts-comptables, par ses compétences pointues sur son sujet de prédilection, peuvent avoir un rôle central de conseil au sein d’une PME, allant bien au-delà de sa mission d’établissement des comptes annuels :

  • Dans des PME où le pôle « financier » (présence ou non d’un(e) DAF) n’est pas nécessairement très développé, les experts-comptables peuvent jouer un rôle clé dans l’adoption de bonnes pratiques par le service comptabilité de l’entreprise. Ils peuvent par ailleurs, contribuer à renforcer la culture financière du dirigeant;
  • Les experts-comptables peuvent participer à la mise en place de tableaux de bord, de suivi budgétaire et d’un plan de trésorerie à trois ans, qui permettront d’anticiper au mieux les besoins futurs et l’identification de risques d’écarts éventuels;
  • Dès la création, ils peuvent orienter le dirigeant sur les différents statuts juridiques (SARL, SAS) en pointant leurs avantages et inconvénients. Ce point n’est pas neutre dans l’optique d’une recherche de financement (e.g. possibilité ou non d’émettre des obligations) et dans les modalités d’ouverture de capital.

Orienter au mieux

Le dirigeant de PME a souvent comme unique interlocuteur financier son banquier. De par son œil extérieur, sa connaissance du tissu de PME et d’intervenants locaux, l’expert-comptable sera à même de suggérer des solutions pour optimiser la structure financière.

Par exemple, dans le cadre de besoin structurel en BFR, il pourra suggérer de faire respecter au mieux les dispositions contractuelles des contrats commerciaux (délais de paiement) et mettre en place des financements court terme adaptés.

experts-comptables

Au-delà du banquier, l’expert-comptable peut informer le dirigeant sur l’existence de dispositifs d’aide (aides régionales par exemple), de financements bonifiés par l’intermédiaire par exemple de la BPI, et des nouvelles solutions de financement telles que le prêt participatif en crowdlending. Dans certains cas, il pourra préconiser un renforcement des fonds propres (via des business-angels ou des fonds de private equity) qui permettra de solidifier la structure financière et en ricochet de rassurer d’autres sources de financement potentielles.

Enfin la règle d’or en matière de financement est l’anticipation. Face à un dirigeant souvent accaparé par ses missions commerciales et de gestion des opérations, l’expert-comptable peut apporter son propre regard en mettant l’accent sur les échéances clés à court et moyen terme de l’entreprise tout en mettant en exergue les éventuels risques et besoins à venir.

Renforcer la crédibilité

Au-delà des éléments historiques et prévisionnels ainsi que du parcours des dirigeants, l’élément clé dans l’obtention d’un financement, reste la confiance. A l’inverse de l’interlocuteur bancaire avec qui l’entreprise peut avoir une relation depuis plusieurs années, faire appel à des financements externes, implique de pouvoir créer rapidement une nouvelle relation de confiance. La présence d’un expert-comptable (à plus forte raison d’un Commissaire aux Comptes) aura un rôle très positif sur la confiance suscitées chez d’éventuels financeurs (d’autant plus si ce dernier a déjà sollicité ces financeurs dans le cadre de demandes impliquant d’autres entrepreneurs).

Ainsi la présence de l’expert-comptable sera un signe corroborant a priori le fait que :

  • Les éléments prévisionnels présentés ont été questionnés, et soumis à un œil critique
  • La formalisation a été adaptée afin de pouvoir disposer rapidement d’éléments d’appréciation probants et exhaustifs
  • Les modalités de comptabilisation (notamment les provisions et risques au bilan, concernant par exemple une créance client, ainsi que la reconnaissance du chiffre d’affaires) ont respecté correctement la doctrine comptable et on fait l’objet d’un examen rigoureux

Dans le cadre du processus de recherche de financement, l’expert-comptable pourra également jouer le rôle d’interlocuteur et assister ou se substituer au dirigeant pour traiter certains points techniques relatifs par exemple à la construction et aux hypothèses du Business Plan présenté.

Enfin au-delà de la déclaration qui sera demandée au dirigeant sur la sincérité des éléments présentés, il n’est pas toujours demandé de sûretés ou de cautions pour les financements accordés. C’est l’un des avantages par exemple du crowdlending ou prêt participatif, qui n’exige généralement pas de garantie. D’où l’importance de pouvoir de présenter des informations robustes afin de susciter la confiance des financeurs. La présence de l’expert-comptable ou du commissaire aux comptes aura dans ce cadre un rôle primordial.


Voir les commentaires