Le top 5 des placements retraite

placements retraite, réforme retraites, préparer sa retraite, per, crowdfunding, retraite, placements, investir,

Mis à jour il y a 3 mois

Le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) prévoit un déficit de 25 milliards d’euros pour l’année 2020. Cela étant une des conséquences de la crise liée à la Covid-19. Par ailleurs, les réformes envisagées semblent, pour l’instant, reportées. Raison de plus pour rester prévoyant. Se projeter, dès maintenant, sur la question de la retraite, avec une optique long-terme, permet de mettre au point la meilleure stratégie. Vous assurez ainsi un train de vie à l’âge de la retraite. Cela à travers un équilibre prenant en compte : revenus du travail et capacité d’épargne, patrimoine déjà constitué et niveau de pension prévisionnel. La problématique de la fiscalité et de la succession peut également être envisagée. Retour sur quelques placements retraite intéressants.

PER vs Assurance-vie

Le PER (Plan Epargne Retraite) a rassemblé, dans le cadre de la loi Pacte, plusieurs dispositifs existants (Perco, PERP, Madelin…). Une des nouveautés apportées est la possibilité de sortir en capital ou en rente à l’âge de la retraite. Il se rapproche désormais en cela de l’assurance-vie. Ces dispositifs permettent d’investir sur différentes classes d’actifs diversifiées. L’assurance-vie a cependant perdu beaucoup d’intérêt sur son principal produit : le contrat euros. Ce dernier est à capital garanti mais ne rapporte quasiment plus rien.

PER comme assurance-vie présentent des avantages fiscaux, comme une fiscalité allégée pour l’assurance-vie. La déduction du revenu imposable sous conditions des versements sur le PER fait aussi partie de ces avantages. Le PER peut également faire l’objet d’abondements par l’employeur. La liquidité des PER reste, avant la retraite, limitée à certains événements (invalidité, liquidation judiciaire, arrêt du droit au chômage, décès du conjoint, achat de la résidence principale). L’assurance-vie en revanche est liquide mais avec un impact fiscal potentiel avant 8 ans. Par ailleurs celle-ci offre des opportunités intéressantes en termes de succession. Ce sont donc deux placements retraite à considérer sérieusement.

Les actions

Sur le long-terme, les marchés actions restent a priori gagnants. C’est pourquoi cela rentrer dans une stratégie de placements retraite. La valeur du Nasdaq au plus haut a ainsi presque quintuplé sur les 5 dernières années. Cela est parfois au prix d’une forte volatilité. Concernant le timing, l’approche d’investir en une fois ou au fil du temps ne semble pas — sur le long terme — faire une grande différence. Cependant, « Investir au son du canon, et vendre au son du clairon », ou bien « acheter la rumeur et vendre la nouvelle » semblent des adages qui se vérifient. À condition de disposer de liquidités disponibles au bon moment !

On pourra miser sur divers secteurs et régions avec un mix entre actions « growth » (de croissance) et « value ». Ce qui présente un rendement de dividende important. L’utilisation de véhicules tels que le PEA — qui présente quelques contraintes — permettra de réduire la fiscalité. Celle-ci a cependant été significativement réduite pour les plus hauts revenus grâce à la flat-tax à 30%. Il est également possible d’investir via des fonds. Cela comprend l’investissement en « private-equity » pour miser sur le « non-coté » avec un horizon d’au moins 10 ans et une mise minimum souvent importante. De nombreux fonds intègrent également une optique extra-financière et socialement responsable (ESG, ISR…). L’utilisation des ETF (qui sont des indices composites) permet de diversifier en direct à moindres frais. Pour le non-coté le dispositif Madelin permet d’obtenir une réduction d’impôts sur les investissements.

Immobilier

L’immobilier reste un élément central de toute stratégie patrimoniale. Il est plébiscité par les Français. Sur le long-terme il permet de suivre la croissance du PIB. Ces dernières années notamment, il a surperformé, surtout dans les grandes métropoles. Il est donc non négligeable, lorsqu’on considère ses options de placements retraite.

L’achat de la résidence principale permet de miser sur une appréciation à long terme avec une exonération d’impôt en cas de revente. L’immobilier locatif est lui favorisé sous conditions par des dispositifs fiscaux (Malraux, Pinel). Ces dernières années, la baisse des taux d’emprunts et l’augmentation des montants des prêts ont permis de faire jouer à plein l’effet de levier. La rentabilité locative a cependant désormais beaucoup diminué avec l’augmentation des prix. Certaines villes ont même, désormais, mis en place un plafonnement des loyers.

La pierre papier (SCPI) présente une alternative permettant d’investir pour des montants plus réduits. Elle évite certains écueils (frais, rénovation, gestion locative…) en déléguant la gestion. Elle offre la possibilité de diversifier sur plusieurs thématiques : résidentiel/bureau/commercial, Paris/province/étranger, nue-propriété/usufruit/viager, etc.

L’immobilier implique des frais de transaction élevés et une liquidité limitée. À l’exception de la résidence principale, le régime fiscal spécifique à l’immobilier est plutôt défavorable. Cela est notamment dû aux : droits de transaction, à la taxe foncière, au barème d’imposition à l’IR, IFI, etc. Il existe cependant des mécanismes de déduction (régime micro-foncier), et des dispositifs spécifiques (« loueur meublé » LMP ou LMNP, Malraux, Pinel…) qui permettent de trouver un cadre fiscal plus attractif. Les SCI, bien que fiscalement « transparentes » permettent des montages, par exemple en vue d’une succession.

Placements retraite à travers le crowdfunding

Le crowdfunding, réglementé par la loi Macron, s’est imposé comme une véritable alternative offrant beaucoup de flexibilité. Il apporte une nouvelle offre attractive, alors que les rendements de nombreux actifs ont beaucoup baissé et que les placements sans risque ne rapportent actuellement plus rien. Le « crowfunding » permet d’investir en actions ou en obligations via le « crowdlending ». Il est ainsi possible de prêter à des PME généralistes ou professionnelles de l’immobilier (promoteurs, marchands de bien, foncières). Chez WeShareBonds, vous pouvez investir directement sur des projets avec une rentabilité brute jusqu’à 10% par an sur des durées à moyen terme. La liquidité est assurée contractuellement via l’échéancier des obligations. Il est important de diversifier sur plusieurs émetteurs afin de répartir le risque et de limiter le taux de défaut du portefeuille. Le crowdfunding constitue une nouvelle classe d’actif offrant un couple risque/rendement attractif. Offrant également une facilité de diversification et une gestion directe (sans frais). Cela, tout en permettant de soutenir les PME de l’économie française. WeShareBonds a, par ailleurs, mis en place l’outil WeBot permettant d’automatiser vos allocations en fonctions de certains critères (risque, rendement, durée). Cet outil favorise une approche récurrente dans le cadre d’une stratégie d’investissement suivie.

Placements-plaisir pour la retraite ?

Les placements-plaisir permettent d’allier un rendement avec un intérêt personnel : voiture ou objets de collection, résidence secondaire à la montagne ou à la mer, or, œuvre d’art, vins, etc. Les thématiques sont multiples. Pour que cela reste un placement et non pas un prétexte à couvrir des dépenses non assumées, il faut cependant respecter une certaine discipline et certains critères. Cela permet aussi que la démarche reste intéressante financièrement. Par exemple, un investissement dans une résidence au ski permet des réductions fiscales et un mix entre location et un confort d’utilisation personnelle. Cependant, une fois intégrés les frais de gestion, de maintenance, les taxes, et les périodes de vacances locatives, cela restera-t-il financièrement optimal ? La question se pose notamment si on compare à une location. Et cela, surtout si l’on en fait un usage limité du bien. Pour la classe des « placements-plaisir », l’argument financier n’est cependant par forcément le plus important. Il rentre alors dans la liste des placements retraite à étudier…

Publication originale le 26 novembre 2020, mise à jour le 26 novembre 2020

Sujet(s):

Articles recommandés