Coronavirus : la mobilisation des banques françaises

Les banques face au coronavirus

Mis à jour il y a 6 mois

Publication mise à jour le 20 mars 2020

Les banques françaises ont indiquées à Bruno le Maire, lors d’une réunion tenue au Ministère de L’Économie et des Finances, vouloir se mobiliser afin d’aider leurs clients à faire face aux difficultés liées au coronavirus. Cette mobilisation des banques françaises vient s’ajouter au plan d’accompagnement exceptionnel mis en place par BPIfrance, destiné à soutenir les entreprises françaises ayant leurs activités temporairement impactées.

Les banques se disent donc prêtes à accompagner leurs clients, notamment les TPE et PME, en examinant les cas individuels afin de proposer des solutions adaptées aux besoins à court terme.

La mobilisation des banques françaises : Gestion des crédits existants

Plusieurs banques dont la BNP Paribas et le Crédit Agricole ont pris des mesures quant au remboursement des crédits. Elles permettent ainsi à leurs clients de pouvoir reporter les échéances des crédits existants jusqu’à 6 mois. Ces réaménagements devraient aussi se faire sans coûts additionnels ni pénalités pour les clients impactés par la crise.
La Société Générale promet quant à elle encore plus de flexibilité en cas de chômage partiel. Ainsi, elle offre la possibilité d’échelonner sans frais les échéances de crédits à la consommation et de prêts immobiliers.

Besoin de Financement à court terme

Concernant les besoins de trésorerie immédiats, la plupart des banques promettent un aménagement de solutions de trésorerie souples. Pour ses clients professionnels, TPE et PME, la Société Générale s’engage par exemple à mettre en place une palette de solutions avec formalités allégées.

Le groupe BPCE va pour sa part permettre des procédures accélérées d’instruction de crédit pour les besoins urgents de trésorerie en 5 jours. BNP Paribas garantit le même délai pour chaque demande de financement. Cependant, cette mesure s’adresse uniquement aux clients opérants dans les secteurs d’activités les plus à risque. La banque insiste vouloir s’adapter ainsi au cas par cas des clients ayant besoin d’un financement à court terme. Pour ce faire, elle rentrera en contact avec chaque entreprise et évaluera sa situation individuellement. Ainsi, les potentielles répercussions de la crise sur leur activité (chaîne d’approvisionnement, trésorerie, ressources humaines, …) pourront être mesurées. La Société Générale bat quant à elle les records d’annonce avec un examen sous délai de 48h pour les demandes de financement des professionnels et TPE.

De son côté, la Banque Postale compte aussi accélérer les études de besoins de financement au travers de solutions d’affacturage dédiées. Elle innove toutefois en proposant aux collectivités territoriales des financements court terme à taux zéro pour un règlement accéléré des fournisseurs. La même mesure s’applique aux hôpitaux afin qu’ils puissent mobiliser tous les moyens nécessaires à la gestion de la crise.

La mobilisation des banques, relais des mesures de BPIfrance

La mobilisation des banques françaises comptent accompagner tous leurs clients à travers les mesures mises en place par BpiFrance en faveur des PME et TPE dont l’activité est impactée par l’épidémie. Les clients devront donc avoir accès à des explications sur ces notions et pourront être guidés à travers les différentes procédures.

Pour rappel, ces mesures concernent par exemple :

  • Le report d’échéances sociales et fiscales (URSSAF, impôts)
  • Les plans d’étalement de créances
  • L’obtention ou le maintien d’un crédit bancaire via Bpifrance
  • L’accompagnement des salariés par le mécanisme du chômage partiel
  • Le réaménagement des crédits existants et des besoins de trésorerie

Infrastructures

Les banques visent à être rassurantes suite à des mouvements de panique aux distributeurs après l’annonce du confinement lundi dernier. Le groupe BPCE affirme sur son site que toutes les infrastructures de moyens de paiement et de réseaux de DAB resteront opérationnelles et assurées. Frédéric Oudéa, directeur de la Société Générale s’est aussi exprimé comme suit : « le dispositif d’alimentation des DAB est maintenu, il n’y aura pas de problème, les stocks sont là ».

Quant aux agences, la plupart des banques ont pour le moment décidé de maintenir leurs activités. LCL et la Caisse d’Épargne assurent par exemple participer à l’effort national en gardant leurs agences ouvertes aux clients. Cependant la fermeture des agences bancaires se multiplie, le syndicat FO Banques réclamant leurs mises en arrêt afin de protéger les employés de banque.

Il est donc nécessaire que les banques incitent les clients à gérer leurs comptes en ligne, faire des virements ou signer des contrats électroniquement. Bien que les banques se préparent à fermer une partie de leurs agences, elles assurent que tous les collaborateurs des réseaux resteront entièrement mobilisés pour aider les clients pendant cette crise. LCL a par exemple mis en place un dispositif dédié d’écoute et d’analyse, afin de permettre aux conseillers et chargés d’affaire de pouvoir être accessibles à distance.

Publication originale le 19 mars 2020, mise à jour le 23 mars 2020

Sujet(s):

Articles recommandés