Ou placer son argent en 2021 pour qu’il rapporte ?

Mis à jour il y a 2 semaines

Où placer son argent en 2021 ? La réponse à cette question que beaucoup se posent chaque année est loin d’être évidente. Les placements sans risque ont désormais un rendement quasi nul. Même en temps de crise, et malgré certaines justifications, les valorisations sont actuellement à des niveaux historiquement élevés. Dès lors où faut-il placer son argent pour qu’il rapporte ? Quel type d’épargne choisir en priorité ? Le crowdfunding offre une solution innovante et accessible ; pour financer des PME non-cotées avec un couple risque/rendement favorable dans le contexte actuel. Elle mérite d’être intégrée dans les choix d’épargne pour 2021, et notamment sa variante le crowdfunding immobilier.

Quel est le meilleur placement sans risque ?

Est-il possible de trouver un placement sans risque en 2021 ? La réponse est sans doute « oui », mais à condition d’accepter un rendement très faible.

Compte à terme et livret A : un rendement quasi nul

Les comptes à terme, le Livret A (dont le montant maximum par foyer est limité) ne rapportent quasiment plus rien. Même en investissant au plafond maximum du livret A de 22950 euros ; vous n’obtiendrez désormais que quelques dizaines d’euros de gain par an (certes net d’impôt) avec une rémunération à 0,5%/an. Le livret A garde cependant une utilité pour le financement du logement social. Mais à titre personnel l’argent de votre livret A pourrait sans doute être mieux placé ailleurs.

Assurance-vie, la fin des contrats euros ?

L’assurance-vie est également un placement sans risque à condition d’investir dans un fonds euro. Cependant la rémunération nette de ces fonds a fortement décliné. Les fonds euros sont investis sur des supports sans risque du type obligations d’état ; or beaucoup de celles-ci offrent actuellement un taux négatif. L’assurance-vie reste le placement favori des Français ; mais elle connait depuis plusieurs mois une décollecte pour cette raison ; et cela malgré le fait que les Français ont accumulé une épargne importante avec la crise du Covid-19.

La chute de l’assurance-vie

Les rendements de l’assurance-vie, qui étaient encore supérieurs à 5% il y a quelques années, sont désormais proches de 1%. Pour assurer ces rendements garantis, mêmes faibles, les assureurs ont dû puiser dans leurs réserves historiques. De plus, les derniers investissements sur des dettes d’états ne leur permettant pas d’atteindre un rendement attractif. En conséquence, pour viser un rendement supérieur via l’assurance-vie, il est nécessaire d’investir dans des contrats en UC (Unité de Compte). Enfin, ces contrats sont investis sur des actifs plus risqués et sans garantie du capital.

Les différentes règles des assureurs-vie

Les assureurs-vie ont commencé à instaurer des règles ; mettant fin à l’ère du capital 100% garanti et liquide à tout moment.

Premièrement, les contraintes de délais de conservation minimum du contrat pour bénéficier d’un capital 100% garanti. Deuxièmement, la nécessité d’introduire une allocation minimum en Unités de Comptes en sus des contrats euros. Et troisièmement, la limitation de la garantie au montant net de frais de gestion ; (ce qui peut être significatif après plusieurs années) et non au montant investi.

Enfin la fiscalité de l’assurance-vie a été reformée et en partie alignée sur le régime commun. Elle suppose par ailleurs une durée de détention minimale de 8 ans pour être optimisée. L’assurance-vie conserve cependant des avantages en termes de transmission du capital.

Quel est le placement le plus rentable en 2021 ?

La rentabilité d’un investissement ne peut pas être dissociée de la notion de risque. Les actifs sans risque ayant un rendement net négatif, où placer son argent pour gagner plus ? Historiquement, l’immobilier et les actions ont été les investissements les plus rentables sur le long-terme.

No pain no gain, no free lunch

« Il n’y a pas de repas gratuit » en finance. Qui veut booster son rendement doit accepter a priori un corollaire ; une forte volatilité, des cycles de hausse et de baisse importants et un risque de perte en capital. Ainsi avoir investi en Bitcoin ces dernières années peut avoir été un investissement judicieux. Il faut cependant intégrer le niveau de risque pris ; et la probabilité non nulle — voire élevée — d’une perte totale en capital.

Miser sur des actifs risqués implique de respecter certaines règles :

Il est nécessaire d’être prêt à assumer une perte en capital. Ensuite il faut diversifier les investissements (« ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ») afin d’optimiser le couple risque/rendement. Puis, il est primordiale de disposer d’un horizon de temps cohérent avec le placement et prenant compte les contraintes de liquidité. Avoir des besoins de liquidité peut être incompatible ; avec la difficulté de devoir monétiser rapidement un actif non liquide dans des bonnes conditions. Certains actifs nécessitent une durée de détention minimum pour espérer une valorisation (ou pour amortir des frais de transaction importants). Enfin, Il importe de prendre en compte la fiscalité (droits, taxes sur la détention, impôt sur les gains et les plus-values) ; et les éventuels frais (transaction, gestion, entretien) qui s’appliqueront.

Des valorisations d’actif dopées aux liquidités

Ces dernière années les prix de nombreux actifs ont monté sous l’effet mécanique d’un afflux de liquidités en recherche d’investissement. Phénomène lié aux politiques des banques centrales.

Tout d’abord, les marchés actions ont vu leurs valorisations plus influencées par l’afflux de liquidité et la baisse des taux ; que par l’amélioration des fondamentaux financiers. La hausse des valorisations a fait baisser les taux de rendement des actifs ; ratio loyer ou dividende sur prix de l’actif. L’immobilier n’y a pas échappé non plus, il a été soutenu par un meilleur accès au financement des acquéreurs ; avec une baisse historique des taux permettant l’effet de levier maximal. Une demande qui reste forte et une raréfaction du foncier sur les zones dites tendues ont contribué à la valorisation. Enfin les actifs ont profité d’effets auto-entretenus ; effet richesse, la cession d’un actif à un prix élevé permet d’acheter un autre actif plus cher ; et phénomène de tendance « FOMO » (Fear Of Missing Out).

Il existe toujours des opportunités mais la sélectivité nécessaire augmente avec les niveaux de valorisation. Il peut être parfois gagnant mais souvent dangereux de céder à la « Greater fool theory » (« Théorie du plus grand fou » ). Cette théorie spéculative qui peut toucher de nombreux marchés (art, bitcoin, immobilier, actions…) ; fonde l’investissement sur le fait que, quels que soient les fondamentaux ; il serait toujours possible de trouver un acheteur pour revendre à un prix supérieur.

Utiliser l’effet de levier grâce taux bas

Néanmoins dans un contexte d’accès facilité au financement ; l’utilisation de l’effet de levier permet d’avoir un effet multiplicateur sur le rendement des fonds propres investis ; par exemple il est en théorie possible d’autofinancer sans aucun apport personnel ; un bien locatif avec un rendement de 7% via une dette de ; à annuité constante sur 15 ans au taux de 1%. Au-delà de ce calcul théorique il faut bien sûr prendre en compte les frottements fiscaux ; et les frais éventuels pour ajuster le montant, mais cela donne un ordre de grandeur.

Au Danemark, certains emprunteurs ont même récemment pu obtenir des crédits immobiliers à taux négatif. Il peut être ainsi intéressant actuellement de bâtir un profil d’investissement ; avec un levier maîtrisé, une espérance de valorisation de l’actif réduite mais un retour sur investissement conséquent à terme. Attention cependant : le niveau très bas des taux d’intérêt ; a pour origine la crise économique et financière de ces dernières années. Les investisseurs ont choisi pour l’instant de répondre à la question d’où placer son argent en cas de crise financière ; par un pari sur les actifs risqués grâce ces liquidités abondantes. La nature a horreur du vide. Paradoxalement, une amélioration de la situation économique pourrait avoir pour conséquence d’entrainer une hausse des taux d’intérêt ; ce qui pèserait fortement sur la valeur des actifs (les taux américains ont d’ailleurs commencé à remonter).

Investir en 2021 dans la dette corporate non-cotée et le crowdfunding immobilier

Quelle épargne et quel placement choisir en 2021 ? Les produits de dettes offrent un profil de risque structurellement moyen (moins risqué que les actions, possibilité d’actifs en garantie).

Deux manières de prêter aux entreprises

La dette corporate a elle aussi pâti du mouvement de la baisse des taux. Les grandes entreprises cotées ont pu emprunter à des taux historiquement bas auprès des prêteurs. En tant qu’investisseur il existe deux façons d’investir sur un produit de dette :

Prêter et conserver la dette :

Prêter et conserver la dette jusqu’à son échéance en touchant des coupons (il est également possible de miser sur des produits hybride tels que les obligations convertibles qui permettent d’espérer un gain éventuel en capital). C’est a priori l’optique sur la dette non-cotée ; qui restait peu accessible sauf via le « private equity » avant l’avènement du crowdfunding.

Prêter en vue de toucher des coupons :

Prêter en vue de toucher des coupons mais également dans l’optique de céder éventuellement ; la créance pour un prix supérieur avant l’échéance. Cela n’est cependant en pratique facilement réalisable que sur des dettes cotées. Deux scénarios favorables peuvent se présenter pour l’investisseur ; faisant que des acheteurs seraient prêts à racheter la dette pour un prix supérieur au montant nominal initial de 100 ; une amélioration significative de la qualité de crédit de l’émetteur ; ou une baisse des taux du marché rendant les coupons du prêt en cours comparativement plus attractifs ; (cette dernière optique est cependant peu probable étant donné le niveau actuel des taux).

Le crowdfunding permet de prêter en direct à des PME et des acteurs de l’immobilier

Les entreprises plus petites et les PME qui empruntent principalement auprès de leur banque ; ont aussi profité de ce mouvement de baisse des taux. Cet accès au financement bancaire à cependant des limites :

Premièrement, les banques sont limitées en termes de capacité par les contraintes prudentielles liées à leur bilan (c’est d’ailleurs pour leur permettre de prêter plus et rapidement que l’état a mis en place le PGE ). De plus, les banques ont tendance à limiter leur engagement sur des financements non adossés à des actifs.

Le crowdfunding, tel que nous le proposons chez WeShareBonds ; permet désormais à des PME principalement non cotées de trouver un financement complémentaire en empruntant auprès de particuliers ; d’entreprises ou d’institutionnels :

  • Trouver un financement complémentaire aux banques ;
  • Eviter d’avoir recourt à un financement en capital et optimiser l’utilisation de leur fonds propres ;
  • Bénéficier d’une rapidité d’exécution et d’une flexibilité sur les montants et les modalités du prêt (amortissable, in fine) ;
  • Le secteur des professionnels de l’immobilier (promoteurs, marchands de biens, foncières) ; a particulièrement adopté ce mode de financement pour développer ses opérations.

Il est ainsi désormais possible de prêter en direct à des PME et des professionnels de l’immobilier ; pour des rendements bruts supérieurs à 6%/an (9,2% en moyenne pour le crowdfunding immobilier). Avec une possibilité de diversification maximale, une liquidité contractuelle sur des échéances de 2 à 5 ans, et un couple risque rendement optimisé.

Quel est le meilleur placement pour 30.000 euros ?

Terminons par un exemple d’un investissement de 30 000 euros. L’investissement devra nous l’avons vu tenir compte du profil de risque et des contraintes de liquidité de l’investisseur.

Placement court/moyen-terme

Le crowdfunding immobilier permet de constituer un portefeuille diversifié sur de nombreux projets. Accessible dès 1000 euros, sans frais, il permet de viser un rendement brut de l’ordre de 10% (moins flat-tax à 30%). Il est compatible avec des horizons d’investissement courts (12-24 mois). La liquidité est assurée contractuellement (amortissable ou in fine) ce qui offre une bonne visibilité pour cette contrainte. L’optimisation du risque de défaut peut être géré en diversifiant facilement sur plusieurs dizaines de projets.

Les livrets et véhicules sans risques (livret A, assurance-vie contrat euros) présentent un faible intérêt a priori

Placement moyen/long-terme

A condition d’accepter un niveau de risque plus élevé les marchés boursiers peuvent être abordés en direct, via des fonds diversifiés, des ETF, un PEA ou des Unités de Compte (UC). Etant donné les niveaux de valorisation déjà atteints la sélectivité reste de mise. Deux questions essentielles se posent : les marchés ont-ils déjà anticipé la sortie du covid-19 et quand se produira-t-elle ? Les taux d’intérêt vont-ils remonter ?

  • Les SCPI pour jouer l’immobilier via la «pierre-papier» avec un budget limité et l’envie de diversifier.
  • La somme de 30k€ est a priori insuffisante pour un l’accès à des fonds de « private equity » ou à des « club deal » sur des PME non cotés

Placement long-terme

Les prix de l’immobilier ont déjà beaucoup monté. Cependant les niveaux de taux permettent d’envisager un investissement locatif avec effet de levier. Avec un apport de 30k€ il sera sans doute difficile cependant d’acheter dans Paris intra-muros. Cela implique par ailleurs une capacité d’emprunt suffisante liés à ces revenus (salaires, revenus locatifs prévus). Il est possible selon le cas d’optimiser sa fiscalité en optant pour des programmes avec avantage fiscal (investissement Pinel ou Malraux). Cela implique cependant des contraintes (type de biens, duré de détention minimum…)

Les placements plaisir

Les placements plaisir : dans une optique qui dépasse la dimension uniquement financière certains actifs (vins, arts, antiquité…) seront accessible pour 30k€ en permettant d’allier un côté personnel et spéculatif. Par définition ils n’offrent pas de rendement récurent mais permette d’envisager une plus-value à terme.

FAQ :

Placements sur lesquels placer son argent ?

Tout placement doit prendre en compte : l’horizon de placement, et le couple risque/rendement (quel niveau de risque pour quel rendement ?). Le profil de chaque investisseur (son appétence pour le risque, le temps et la somme dont il dispose, sa situation fiscale) permettra de fixer l’allocation optimale. Il est conseillé de diversifier ses placements sur plusieurs sous-jacents et différentes thématiques pour optimiser le niveau de risque.

Quel est le meilleur placement sans risque ?

Les placements sans risque impliquent un rendement faible. Ceci est particulièrement vrai à l’heure de taux négatifs. Certains placements tels que les contrats en assurances-vie peuvent avoi un intérêt fiscal. L’assurance-vie en contrat euros n’est quasiment plus accessible en « stand-alone » les assureurs demandant une allocation minimale en « UC »

Quel compte pour placer de l’argent ?

Les livrets A, PEL, comptes à terme, ne présentent quasiment plus d’intérêt. Certaines enveloppes (PEA, assurance-vie) peuvent avoir un intérêt fiscal cependant : investissement pour « prendre date » et faire courir le délai de détention, optique de transmission de patrimoine en franchise d’impôt.

Quelle Épargne choisir en 2021 ?

L’année 2021 est très particulière car le Covid-19 a entrainé une crise économique mondiale d’une ampleur quasi-sans précédent. Les retombées ne sont pas encore complétement connues. L’année 2020 a cependant été paradoxalement particulièrement favorable pour les actifs risqués avec des performances historiques. Les politiques publiques et monétaires expansionnistes depuis plusieurs années et particulièrement depuis 2020, ont abreuvé les investisseurs de liquidités à investir. Cela a soutenu les valorisations à la hausse alors que les actifs sans risque ne rapportent plus rien. Le crowdfunding immobilier tel que le propose WeShareBonds, offre un bon compromis risque/rendement dans le contexte actuel.

Publication originale le 18 février 2021, mise à jour le 19 février 2021

Sujet(s):

Articles recommandés