Suivi du marché


Marché en spot

 FranceImmobilierBelgique
Projets en cours de financement
31191
Montant en collecte5691k€6425k€
265k€
Nouveaux projets500
Taux moyen5,92%
9,55%
Montant moyen en collecte
184k€
621k€
Maturité moyenne65 mois18 mois

YTD

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
61 677k€32 817k€
5 037k€
Projets financés5288023

2015 to date

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
95 213k€62 367k€
9 189k€
Projets financés93915455
Taux de défaut1,28%

Crowdlending


  • Un décret du 28 octobre 2016 relatif au financement participatif, publié le 30 octobre, vient officialiser l’ordonnance d’avril dernier qui évoquait la mise en place des minibons qui ne sont que valables pour les plateformes agréées CIP et l’augmentation des seuils pour les prêteurs particuliers.
    Le seuil d’emprunt est désormais de 2,5 M€ pour les plateformes ayant opté pour l’agrément CIP et reste inchangé pour l’agrément IFP (1 M€ maximum).
    Quant aux seuils pour les prêteurs, les modifications ne s’appliquent qu’aux plateformes agréées IFP et les seuils passent de 1000 euros à 2000 euros par projet si le prêt est rémunéré et de 4000 euros à 5000 euros si c’est non rémunéré. Cela reste illimité dans les limites du projet pour les plateformes CIP.
    (C’est officiel ! Les minibons sont légaux et les seuils réhaussés)
  • Quelques plateformes de financement participatif s’étaient déjà positionnées sur l’aide aux étudiants, mais c’était jusqu’ici par le biais du don voire du prêt sans intérêt. Studylink propose à la fois des prêts avec et sans intérêt.
    En trois mois, 250 personnes se sont inscrites sur la plateforme, plus de 200 étudiants ont fait une demande de prêt et 9 ont été sélectionnés pour une collecte. Quels sont les avantages par rapport à une banque ? Ce sont ceux qu’offre les agréments du crowdlending selon les termes du fondateur : « La banque va examiner le dossier en fonction des garanties : les parents. Nous, nous partons du principe que l’étudiant va rembourser, avec un différé éventuel : nous n’analysons pas le contexte familial, uniquement le salaire potentiel et donc la capacité de remboursement. »
    Une difficulté surgit néanmoins à savoir que ce marché est un marché de niche qui s’adresserait plutôt aux étudiants en école de commerce, ces derniers ayant bien souvent l’appui de leurs parents. (Studylink invente le prêt étudiant participatif)

Fintech


  • Un quart des faillites – 60 000 chaque année – est dû aux retards de paiement auprès du fournisseur. Partant de ce constat, Xavier Corman et son co-fondateur ont crée Edebex, une fintech pour revendre les créances des PME.
    Si une PME ou une TPE fournisseur ne veut pas prendre le risque de voir filer les 60 jours réglementaires (depuis 2008) pour recevoir son paiement, sur Edebex, qui se présente comme «une place de marché pour transformer une créance en cash en 72 heures», il lui est possible de revendre sa facture à un organisme tiers. La Fintech prélève une commission de 1,45% et 2,75% du montant de la facture. En outre, cette start-up a d’autant plus de chances de fonctionner en France que  62% des entreprises règlent leur facture avec du retard et surtout que le rachat de créances commerciales par d’autres entreprises n’est pas autorisé (il est limité à des organismes agréés). D’ailleurs, l’efficacité et la réussite de Edebex à l’étranger est indubitable puisque la société revendique « 65 millions d’euros de créances revendues par 400 entreprises » depuis sa création.
    (Edebex, une fintech pour revendre les factures des PME françaises)

Voir les commentaires