Suivi du marché


Marché en spot

 FranceImmobilierBelgique
Projets en cours de financement
29191
Montant en collecte4591k€6425k€
265k€
Nouveaux projets600
Taux moyen6,01%
9,55%
Montant moyen en collecte
158k€
621k€
Maturité moyenne66 mois18 mois

YTD

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
63 921k€32 817k€
5 037k€
Projets financés5368023

2015 to date

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
97 456k€62 367k€
9 189k€
Projets financés94715455
Taux de défaut1,28%

Fintech


  • Selon une étude menée dans 15 pays, 50 % des clients utilisent les services d’au moins un acteur alternatif aux banques.
    La gestion portefeuille est le domaine le plus utilisé (44,2% des personnes intérrogées) devant les fintech de paiement et les assurances. Peu étonnamment, c’es en Asie que les utilisateurs sont les plus en avance, en Chine notamment avec l’émergence de géants comme Ant Financial ou encore en Inde. Les pays les plus développés d’Europe sont dans la moyenne à l’exception de la France qui présente un certain retard (36,2% d’utilisateurs). L’une des explications provient des alliances nouées entre les fintech et les banques traditionnelles. D’ailleurs, beaucoup de fintech ont fait évoluer leur modèle vers des services B to B. (Un consommateur sur deux utilise les services d’une fintech)

Economie


  • Les taux immobiliers semblent avoir atteint un seuil plancher en octobre à 1,20%. Ils pourraient progressivement remonter, même s’ils restent encore très attractifs, selon le dernier baromètre d’Acecrédit.fr, publié cette semaine. Les chiffres du spécialiste du courtage en prêt immobilier montrent que la tendance à la baisse des taux s’est maintenue en octobre, après plusieurs mois à des niveaux déjà faibles , mais pourrait progressivement s’estomper à partir de 2017.
    Joel Boumendil, président de Acecrédit.fr se base sur la très légère hausse du taux pour les primo-accédants (1,55 % à 20 ans).
    Cependant, ceci est difficile à évaluer notamment à cause des divers manoeuvres de la BCE qui devrait continuer ontinuer de jouer à la baisse sur les taux immobiliers. Mais la nécessité pour les institutions européennes de limiter les risques de désinflation dans la zone euro et de s’ajuster à la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (FED), pourrait les conduire à réévaluer leur politique de taux, et ce, dès 2017.
    Il serait ainsi judicieux pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait de signer un crédit immobilier ou à la renégocier ses conditions de prêt avant qu’ils ne soit trop tard. (Crédit immobilier : les taux vont-ils remonter ?)

Voir les commentaires