Suivi du marché


Marché en spot

 FranceImmobilierBelgique
Projets en cours de financement
23151
Montant en collecte3117k€5270k€
250k€
Nouveaux projets101
Taux moyen5,49%9,70%
Montant moyen en collecte
136k€
711k€
Maturité moyenne62 mois19 mois

YTD

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
74997k€36342k€
6720k€
Projets financés6199330

2015 to date

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
108532k€65892k€
10872k€
Projets financés103016762
Taux de défaut1,28%

Fintech


  • La fintech toulousaine Morning (ex-Payname), qui avait l’ambition de proposer une banque en ligne collaborative, a dû suspendre temporairement ses services sur fond de tensions avec son actionnaire de référence, la Maif. Cette dernière n’a en effet pas apprécié le fait qu’une partie du compte de cantonnement (compte sur lequel est stocké l’ensemble des fonds détenus par les clients de Morning) ait été nantie afin de répondre aux obligations de garanties nécessaires pour le lancement des prochaines cartes de paiement Morning, ce qui lui a valu une injonction de la part de l’ACPR.
    Plus encore, la société affiche depuis le 17 novembre une trésorerie négative. En besoin de fonds supplémentaires, Morning n’a pour l’instant trouvé aucun accord  avec son actionnaire principal, les dirigeants de la fintech voyant cela comme «un problème malheureusement commun de communication entre une startup et son actionnaire principal qui semble déterminé à tuer le projet». (La Fintech Morning et la Maif se déchirent)

Epargne et placements


  • Sur la base des réponses apportées par 31 000 personnes dans 20 pays, Blackrock a publié sa quatrième étude « Investor Pulse » révèlant ce que les adultes de 25 à 74 ans pensent de leur avenir financier et comment ils le gèrent.
    Les Français restent incertains quant à leur avenir financier et aux décisions d’investissement qu’ils prennent. Ils épargnent beaucoup mais la plupart du temps, privilégient les liquidités et les contrats en euros, et peu investissent. Chiffre révélateur : 87% des Français ont de l’épargne, faisant de la France le premier pays européen mais seulement 33% investissent ; seuls les Néerlandais font moins (27%). Ils sont, de manière générale, très réfractaires au risque et se concentrent sur le court terme, leur priorité en matière d’épargne étant d’économiser pour pouvoir faire face aux imprévus. Il s’avère en effet que 60% des Français épargnent pour faire face aux imprévus, 44% épargnent pour la retraite et 21% pour l’éducation de leurs enfants. Quels facteurs encourageraient les Français à investir davantage? Les Français citent trois principaux facteurs : obtenir un niveau de revenus supérieur à celui que les liquidités peuvent offrir (27%), avoir de l’épargne de sécurité (24%) et avoir accès à des produits d’investissement simples (18%), trois facteurs en adéquation avec le crowdlending.
    En parallèle, les taux de remplacement des retraites subissent des pressions croissantes et la retraite demeure une source clé de préoccupation des sondés, nombre d’entre eux craignant de ne pas disposer des revenus souhaités une fois qu’ils auront arrêté de travailler. Ce n’est cependant que la troisième préoccupation des Français puisque les deux principales sources d’inquiétude sont le coût de la vie et la hausse des impôts.
    Et malgré l’incertitude générale (seuls 6% des Français – de tous milieux sociaux – sont des investisseurs avisés), très peu de Français recourent aux services d’un conseiller professionnel. Découvrez tous les chiffres, définitions et graphiques de l’étude.

Economie collaborative


  • Paradoxalement, c’est en France, pays du CDI et des traditions, que l’économie collaborative progresse le plus vite. La France s’affirme en effet comme l’Eldorado européen de cette nouvelle économie. En 2014, 9 Français sur 10 y avaient eu recours au moins une fois. 276 plateformes, dont 70 % françaises, exerçaient une activité en France avec en chef de file AirBnB, Uber (1,5 millions d’utilisateurs) et surtout notre leader mondial du covoiturage,BlaBlaCar. Plus encore 2,3 millions de Français ont déjà soutenu un projet grâce au financement participatif. En 2015, les plateformes qui lui sont dédiées ont multiplié par deux leur collecte qui atteint aujourd’hui 300 millions d’euros. Comment expliquer cet engouement, en particulier en France ?
    L’ascension de l’économie collective s’explique par bien des facteurs comme par exemple la compensation de l’érosion du pouvoir d’achat, le développement de l’économie dite de la fonctionnalité où l’usage prime sur la possession, les solutions de remplacement qu’elle offre, notamment dans le domaine de la mobilité. Elle est en outre un moyen de contourner des rigidités et des monopoles qui brident l’innovation.
    Pourtant, les pouvoirs publics ont élaboré un premier cadre juridique qui manque encore de cohérence, que ce soit la loi Alur, la loi Macron ou la loi El Khomri qui aborde la question du statut des travailleurs collaboratifs. L’Urssaf et les services fiscaux requalifient les contrats et taxent les revenus de ces activités. Au-delà de 23 000 euros pour la location d’un logement et de 7720 euros pour celle d’un bien, le loueur doit s’affilier au régime social des indépendants et acquitter des cotisations sociales.
    À cet égard, on peut se demander dans quelle mesure l’économie collaborative révèle les tendances de notre société actuelle : la réhabilitation de l’entrepreneuriat, un moindre attachement au statut, le goût pour des carrières diversifiées, une envie de modernité qui se heurte à des archaïsmes. (Le paradoxe français de l’économie collaborative)

Crowdlending


  • Credit.fr, la plateforme de financement participatif de prêt aux PME, annonce s’être associée à Spread Research – une agence de notation financière française – pour réaliser la première étude sur l’impact des données dites « non conventionnelles » sur la solvabilité des entreprises. Ces données iront de l’âge du dirigeant au dynamisme de l’environnement local, en passant par l’intensité de la présence sur les réseaux sociaux et des dizaines d’autres thèmes. (Credit.fr s’associe à Spread Research)

Voir les commentaires