Suivi du marché


Marché en spot

 FranceImmobilierBelgique
Projets en cours de financement
27150
Montant en collecte3954k€5420k€
0k€
Nouveaux projets000
Taux moyen5,64%9,66%
Montant moyen en collecte
146k€
709k€
Maturité moyenne73 mois19 mois

YTD

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
70250k€35142k€
6250k€
Projets financés5888928

2015 to date

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
103786k€64692k€
10402k€
Projets financés99916360
Taux de défaut1,28%

Finance


  • Le gouvernement vient de franchir un nouveau pas en faveur d’une plus grande désintermédiation du financement de l’économie. Un décret, attendu de longue date et publié ce week-end, permet à certains fonds d’investissement (aux fonds professionnels spécialisés et aux fonds professionnels de capital-investissement) d’octroyer directement des prêts à des entreprises. Pour cela, les sociétés de gestion devront avoir un agrément «AIFM» et un agrément spécifique, distinct de l’agrément «sélection de créances». L’Autorité des marchés financiers (AMF) avait déjà fait connaître ses exigences en la matière cet été. Elle demande à ce que les sociétés de gestion disposent de certains moyens techniques, financiers et humains pour être à même d’analyser le risque de crédit. (Les prêts directs par les fonds se démocratisent)

Fintech


  • En France, les fintech seront bien privées de leur « sandbox » qui existe en Angleterre, revendication récurrente de leur part leur permettant d’avoir une réglementation plus légère et plus spécifique. En effet, ce régime d’exception va à l’encontre « de l’équité de trai­tement » entre les acteurs ­tradi­tionnels, a rétorqué le superviseur bancaire français vendredi, lors d’une conférence consacrée à ces nouveaux entrants. L’ACPR a par exemple publié ses recommandations sur « l’usage des médias sociaux à des fins com­merciales ». Les financiers 2.0 ne retwitteront plus tout à fait comme avant… (Fintech : le message de fermeté des autorités financières)

Epargne et placements


  • Près d’un épargnant sur deux dit aujourd’hui disposer d’un contrat d’assurance-vie, selon un sondage Odoxa pour Linxea et Le Parisien. Sa qualité et sa réputation attirent les Français bien que sa collecte nette ait été négative de 100 millions d’euros au mois d’octobre, du jamais-vu depuis décembre 2013. Celle-ci se situe en tête devant le livret A (27 %) et le Plan épargne logement (22 %). Le plan d’épargne en actions, très loin derrière, ne récolte que 6 % d’intention.
    Par ailleurs, les Français sont très attachés au modèle actuel de l’assurance-vie et ne souhaitent pas que le gouvernement touche à son fonctionnement. Ils sont ainsi plus de deux épargnants sur trois (70 %) à se dire opposés à la loi Sapin 2, censée permettre de limiter la possibilité pour les assurés de racheter leurs contrats en cas d’instabilité financière. Dès lors, le financement participatif, avec des rendements plus intéressants, pourrait tirer son épingle du jeu. (Les Français plébiscitent toujours l’assurance-vie)

Voir les commentaires