Suivi du marché


Marché en spot

 FranceImmobilierBelgique
Projets en cours de financement
32191
Montant en collecte6054k€6425k€
265k€
Nouveaux projets200
Taux moyen6,25%
9,55%
Montant moyen en collecte
195k€
331k€
Maturité moyenne61 mois18 mois

YTD

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
60 016k€32 817k€
5 037k€
Projets financés5158023

2015 to date

 FranceImmobilierBelgique
Montant levé à date
93 552k€62 367k€
9 189k€
Projets financés92615455
Taux de défaut1,28%

Economie


  • « Dans les nations démocratiques, chaque génération nouvelle est un nouveau peuple » écrivait Alexis de Tocqueville. Cela se vérifie aujourd’hui avec les cinq générations contemporaines (la silencieuse, la baby-boom, la X, la Y et la Z) que ce soit vis-à-vis de leur mode de communication préféré, leurs valeurs, leur carrière professionnelle ou leurs motivations financières. La génération Y qui devrait bientôt dépasser les baby-boomers et devenir la génération la plus importante en nombre est particulièrement intéressante à ce titre de par ses ruptures avec les précédentes, notamment en termes d’investissements.En tant qu’investisseurs, les natifs du numériques ont totalement perdu confiance en les grandes institutions financières. Trait révélateur, 53% des membres de cette génération n’arrivent pas à faire la différence entre l’offre de leur banque et celle de ces concurrents. Aujourd’hui, la Génération Y vit dans une « économie du partage », dans laquelle l’accès aux biens et aux services revêt une plus grande importance que les achats. A l’inverse des générations précédentes, qui favorisaient les achats de prestige, la Génération Y privilégie les expériences vécues qui doivent toutes être, pour avoir de la valeur, socialement référencées sur les réseaux sociaux. La croissance de l’économie du partage, associée à la propension de la Génération Y à investir dans des services et des expériences, signifie que des opportunités d’investissement potentiellement lucratives devraient voir le jour sur les marchés où le partage d’opportunités joue un rôle prépondérant. On retrouve, parmi ceux-ci, les services financiers communs, le partage de logements (dont par exemple, Airbnb), le partage de voiture et de location de voitures, les vidéos et la musique en continu, les chambres d’hôtel, l’accès aux produits de luxe, le partage de la propriété, le stockage en libre-service et le partage des actifs. Les industries qui offrent des opportunités de transactions directes entre les clients (« C2C – customer to customer ») auront une importance toute particulière pour les consommateurs de la Génération Y, en raison de leur capacité à déclencher l’esprit d’entrepreneur de cette génération.
    Tout n’est pas rupture puisque cette génération continue de préférer avoir – lorsqu’elle cherche à obtenir des conseils financiers – une interaction en face-à-face (« F2F – Face to face ») avec un conseiller financier expérimenté avec cependant une différence qui repose sur le fait que la Génération Y s’attend à ce que le conseiller financier soit disponible dès qu’il/elle en a besoin. Cela est donc, sans aucun doute, une autre des raisons pour lesquelles les grandes banques ont du mal à obtenir l’attention des jeunes consommateurs. (Investissement générationnel : le monde selon la génération « selfie »)
  • Six mois après le scandale des «Panama papers», le Panama a signé jeudi la convention multilatérale contre la fraude fiscale préparée par l’OCDE. Cet accord fiscal, présenté comme étant «l’instrument multilatéral le plus puissant» dans la lutte contre la fraude, impose de transmettre des informations fiscales à n’importe lequel des pays signataires qui en font la demande. (Le Panama fait un pas vers la transparence)

Voir les commentaires