Professions libérales : Que faut-il savoir ?


Professions libérales

On entend généralement par « profession libérale » toute activité professionnelle exercée par une personne seule, sans contrôle d’une hiérarchie. Par ailleurs, les professionnels libéraux se distinguent des salariés soumis à un employeur. Mais quelle place ces professions libérales occupent-elles au sein de notre économie ?

Qui sont les professionnels libéraux ?

Les professionnels libéraux exercent leur activité en toute indépendance, ce qui les distingue des salariés. Il y a près d’un million de professionnels libéraux (si l’on inclut environ 150 000 micro-entrepreneurs), et environ 2 millions d’emplois directs induits si l’on inclut les salariés de ces entreprises libérales.
La définition a longtemps été imprécise, mais de manière générale, le professionnel libéral exerce des prestations principalement intellectuelles, techniques ou de soins, dans un cadre réglementé ou non réglementé. Les critères clés à retenir sont donc l’indépendance et l’intellectualité dans l’exercice de l’activité (mais pas forcément l’exercice individuel de l’activité).

Parmi les professions réglementées, on distingue 3 grands domaines :

• Professions de la santé : chirurgien-dentiste, diététicien, directeur de laboratoire d’analyses médicales, ergothérapeute, infirmier, masseur kinésithérapeute rééducateur, médecin, orthophoniste, pharmacien…
• Professions du droit : administrateur judiciaire et mandataire judiciaire à la liquidation des entreprises, avocat, huissier de justice, notaire…
• Professions des techniques, du chiffre et du cadre de vie : agent général d’assurances, architecte, commissaire aux comptes, conseiller en investissements financiers, expert-comptable, expert foncier, agricole et forestier…

D’autres professions libérales non-réglementées :

Les professions libérales incluent d’autres activités de services, non réglementées. Ces dernières ont connu un fort dynamisme, en termes de créations d’entreprises au cours des dernières années. Parfois, ces activités sont exercées en parallèle d’une activité salariée, 15% des libéraux sont ainsi « pluri-actifs ». Ce mouvement a été facilité par la création du régime des auto-entrepreneurs en 2009.

Quelques exemples :

• Professions artistiques : architecte d’intérieur, conservateur-restaurateur, etc.
• Professions du cadre de vie : expert judiciaire en environnement.
• Professions de la formation : formateur
• Professions des études et du conseil : consultant, conseil pour les affaires et la gestion, conseil en systèmes informatiques et réalisation de logiciels, interprète-conférencier

Les professions libérales, un élément clé de notre économie ?

Au-delà des prestations rendues pour la collectivité et leur implication dans le tissu local, les professions libérales ont un poids économique non négligeable. Leur dynamisme a été porté notamment par les stratégies d’externalisation des entreprises. Ces professionnels ont pour la plupart des diplômes supérieurs et des revenus au-dessus de la moyenne (le revenu médian en France s’élève à 21k€).

En bref

Les professions libérales bénéficient en moyenne d’un niveau de vie plus élevé que les salariés durant leur carrière. Cependant, leur retraite nécessite d’être anticipée. En effet, avec les pensions représentant entre 30% et 50% des revenus d’activité contre généralement 50% à 90% pour des salariés, les professions libérales doivent préparer leur retraite de manière individuelle en choisissant des supports d’investissements adéquats. Ceux-ci font d’ailleurs partie des principaux épargnants des contrats d’assurance vie avec plus de 60% (contre 36% en moyenne). Ils savent en parallèle diversifier leur portefeuille et investissent aussi dans les opportunités d’investissements que le crowdfunding offre.


Voir les commentaires