Crédit-bail : Qu’est-ce que c’est ?


Le crédit-bail est un mode de financement des investissements pour les entreprises. L’un de ses avantages est qu’il permet de financer la totalité du bien, à la différence d’un financement bancaire classique ; il offre également une certaine souplesse.

Fonctionnement et interprétation comptable du crédit-bail

La règle est que l’entreprise (ou « crédit-preneur ») verse au crédit bailleur un loyer pour l’utilisation du bien (machine, immeuble, équipement…) mise à sa disposition pendant la durée du contrat. L’entreprise dispose à l’issue du contrat d’une option d’achat généralement assez symbolique.

Comptablement, crédit-bail et financement par dette ont un traitement différent :

Financement par crédit-bail

Avec un financement par crédit-bail, la société ne possède pas le bien, celui-ci n’est donc pas inscrit à son actif. A l’inverse, il n’y a pas de dette inscrite au bilan (l’engagement futur des loyers de crédit-bail au titre du contrat est cependant inscrit en tant qu’engagement hors bilan dans une annexe). Les loyers versés annuellement sont comptabilisés dans les charges et participent au calcul l’EBE.

Financement bancaire classique

Avec un financement bancaire classique, le bien est inscrit comme actif au bilan de la société ainsi que la dette bancaire qui a financé son acquisition. Cet actif fait l’objet d’un amortissement annuel et des intérêts sont payés sur la dette, qui elle-même diminue au rythme des remboursements. Les amortissements viennent en déduction de l’EBE, et les intérêts sont intégrés au résultat financier.

Il faut tenir compte de cette spécificité dans l’analyse d’une entreprise

Dans le cas d’un financement par crédit-bail, l’EBE apparaît minimisé (ainsi que la dette). Cependant il convient de se rappeler que les loyers versés ne le sont pas en pure perte (comme cela serait le cas dans un loyer classique). En effet, le montant des engagements futurs diminue d’autant, avant l’option d’achat final du bien pour une valeur généralement avantageuse.

Dans le cas d’un financement de crédit-bail, l’EBE et la dette apparaissent minimisés

Les normes comptables internationale (IFRS) imposent de retraiter les éléments de crédit-bail (qui sont hors bilan) dans la comptabilité afin d’avoir une vision comptable proche de ce qu’aurait donné un financement bancaire classique.

crédit-bail, avantage credit bail, avantage du credit bail, calcul de ebe, calcul loyer credit bail, credit bail clé, crédit bail clé, credit bail ou credit classique, qu est ce qu un credit bail, qu est ce qu un crédit bail, qu est ce que l ebe, retraitement credit bail, retraitement crédit bail

Quels sont les avantages du crédit-bail ?

Le crédit-bail peut avoir un coût supérieur au crédit classique, mais outre la possibilité de financer l’ensemble du bien sans apport, le crédit-bail permet de « lisser » comptablement et contractuellement la charge d’acquisition du bien sur une durée différente de celle prévue via un amortissement comptable classique, ce qui peut avoir un impact fiscal intéressant.

Le crédit-bail peut avoir un impact fiscal intéressant

Autre avantage du crédit-bail, l’entreprise dispose d’une option de rachat in fine. S’il s’avère que la valeur prévue de rachat est inférieure à la valeur de marché (le bien est devenu obsolète), l’entreprise n’a pas l’obligation de racheter le bien. Dans la pratique, la valeur prévue est cependant plutôt basse.

Les variantes du mécanisme de crédit-bail

Il existe enfin des variantes de ce mécanisme qui peuvent présenter des avantages opérationnels ou stratégiques :

Le lease-back, l’inverse du crédit-bail

Les opérations de « lease-back » (ici l’on ne finance pas l’acquisition d’un bien, mais on cède un bien que l’on possède déjà au crédit-bailleur qui nous remet le bien à disposition contre loyer) permettent de dégager des ressources « cash » importantes à court terme qui pourront être consacrées à des projets opérationnels stratégique.

Le Lease-back procure à court terme du cash à l’entreprise

Par exemple : les sociétés d’exploitation hôtelières cèdent les murs de leur établissement au crédit-bailleur moyennant loyers futurs avec option d’achat in fine. Elles réinvestissent le produit de la cession dans des actions opérationnelles jugées plus prioritaires, comme le marketing ou le développement digital.

Mise en place d’un crédit-bail pour ses propres clients, avec option d’achat in fine

Autre cas, celui d’une société qui commercialise des équipements (par exemple des équipements médicaux pour les médecins). Elle pourra trouver dans le crédit-bail un mode de financement pour ses clients. Elle pourra ainsi proposer à ses clients de mettre en place un contrat de crédit-bail avec option d’achat in fine : ceux-ci ne possèdent en effet pas forcément la trésorerie nécessaire et un financement par dette ne serait pas forcément adapté (valeur du bien trop faible, avec risque de dépréciation).

Dans la pratique la société va se rapprocher d’un crédit-bailleur qui deviendra propriétaire des équipements. Il percevra alors un loyer de la part de médecins.

L’avantage est triple :

  • La société percevra le montant de la cession de l’équipement (moins certes une commission initiale du bailleur). Elle trouvera ainsi, un moyen de proposer une solution de financement pratique pour ses clients, ce qui peut constituer un avantage compétitif clé.
  • Elle sera par ailleurs déchargée du recouvrement des loyers, et devra seulement assurer ses obligations contractuelles classiques (service après-vente, maintenance…). Le crédit bailleur percevra une commission, et par ailleurs un portefeuille de clients d’une certaine taille afin de pouvoir diversifier le risque et calculer un taux de défaut statistique via un scoring des clients (il pourra exclure du dispositif certains biens jugés trop risqués car rapidement obsolètes).
  • Pour le médecin, ce sera un moyen clé en main de financer l’acquisition sur plusieurs années d’un équipement nécessaire. Avec le choix de levée ou non de l’option d’achat in fine.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le crédit-bail, ses applications, sa mise en place… écrivez-nous à blog@wesharebonds.com ou contactez-nous via les réseaux sociaux. Nous serons ravis de vous en dire plus.

Visitez le site de WeShareBonds, sur ce lien


Voir les commentaires