Ces start-ups qui bouleversent des marchés matures – Yelloan


L’innovation ne se résume pas aux changements radicaux dits de rupture. Certaines start-ups, comme Yelloan, arrivent à bouleverser des marchés matures en changeant le paradigme ou en élargissant le marché vers des populations exclus de l’offre standard.

Innovation et marché mature

L’innovation occupe une place souvent prépondérante dans la croissance des entreprises. Associée au concept de « destruction créatrice » cher à l’économiste Schumpeter, l’innovation via les ruptures qu’elle entraîne en rend parfois une partie de l’offre existante obsolète. De même les théories s’attachant à la diffusion des produits, modélisent les ventes via le cycle de vie des produits, qui passent par une phase de maturité puis de déclin ou bien en les classifiant via une matrice (la matrice BCG) en fonction de la part de marché détenue et le degré de maturité du marché établi sur la base d’un taux de croissance plus ou moins important.

yelloan, wesharebonds, financement participatif, fintech

Charge aux « marketers » de privilégier tel ou tel concept en fonction de ces données. : la durée de ces phases dépendra de la vitesse de la rapidité de conversion de nouveaux utilisateurs (une large diffusion permettant par ailleurs souvent de créer un environnement de services annexe, de baisser les prix et de créer un véritable marché de volume) et de la durée d’adoption des concepts.

Rendre accessible l’offre au plus grand nombre

Au-delà d’une optique de rupture et de « destruction créatrice » le savoir-faire des hommes de marketing consiste à raccourcir les premières phases et à étirer les dernières quitte à créer des schémas atypiques (exemple d’un produit de mode qui réapparaît à intervalles réguliers). À ce titre la stratégie de diffusion d’une offre déjà existant à une cible plus large en la démocratisant est une approche permettant souvent de faire significativement croitre la valeur.

C’est comme cela que Nike est devenu le premier équipementier mondial, malgré des produits certes innovants :  en vendant des chaussures de sport à des non-sportifs. AirBnB : partant à l’origine d’une saturation du marché local de l’hôtellerie, ont eu l’idée de rendre facilement accessible l’offre de logement chez des particuliers générant désormais de nouveau débouchés y compris dans les villages les plus éloignés.

De même les initiatives telles que Made.com dans le domaine de l’ameublement (que dire d’Ikea !), Les « Nouveaux Ateliers », dans le domaine de la mode, les magasins de vin Nysa via une classification ludique des vins loin des poncifs ont joué de différents leviers, notamment digitaux avec au final un objectif commun : une personnalisation et une accessibilité de l’offre aux néophytes jusqu’ici plus ou moins exclus du marché

Fintechs : l’exemple de Yelloan

Le secteur fintech, issu du digital, suit souvent cette approche d’accessibilité et d’extension du marché : que ce soit par exemple le compte Nickel « démocratisé » (racheté par BNP) ou bien plus généralement le secteur du financement participatif (crowdfunding/crowdlending) qui rend accessible le financement à un panel plus large de PME.

yelloan, wesharebonds

À ce titre, l’exemple de Yelloan est particulièrement original et éloquent. Élue fintech de l’année 2017, celle-ci est partie du constat que toute une tranche de la population était exclue de l’accès au crédit à la consommation (celui-ci étant souvent fondé sur un historique et une expérience longue avec un contrat de travail en CDI). Sont exclus notamment les jeunes en CDD alors que cette population est demandeuse (achat d’une première voiture…). Yelloan facilite l’accès au crédit grâce à un concept innovant. L’idée a priori simple et consiste à faciliter le financement via une offre de crédit en ligne sollicitant une garantie participative. Etendue au-delà du traditionnel cercle familial, elle bloque une garantie à hauteur de 5% du montant sollicité auprès de la banque, jusqu’à remboursement du prêt. La Fintech (le système a déjà été adopté par plusieurs acteurs bancaires) valorise de fait la confiance accordée à l’emprunteur par son entourage et ses amis (et non uniquement par sa famille) et est ainsi beaucoup plus encline à accorder un prêt personnel, et avec des conditions de taux équivalentes à celles accordées en général. La mise en place d’un « chatbot » rend par ailleurs l’offre également plus accessible de manière simple aux candidats emprunteurs. Dernièrement la mise en place d’algorithmes de scoring, enrichis avec l’augmentation de la base permettent d’améliorer le système avant une internalisation prévue au pays d’Europe du Sud et d’Amérique latine.


Voir les commentaires