Tabac dans le monde : smoking, no smoking ?


tabac

Malgré un léger recul, le tabac est la cause d’un décès sur 8 de nos jours en France. Le 31 mai marque la date de la journée mondiale sans tabac, créée par l’OMS en 1987. A l’occasion de la journée sans tabac, WeShareBonds revient sur les fondamentaux du tabac dans le monde.

 

Origine du tabac et évolution dans l’histoire

Le tabac a été rapporté d’Amérique par Christophe Collomb en Europe. Au XVIème siècle, l’ambassadeur au Portugal Jean Nicot introduit l’usage du tabac, sur la base de ses prétendues vertus curatives, à la Cour du Roi de France. Son patronyme a ensuite donné le mot « nicotine ».

Plus tard, une taxe est mise en place sur la vente, et un monopole d’état sur la production et le commerce du tabac est instauré. La chanson « J’ai du bon tabac » témoigne de l’engouement existant déjà à l’époque. Malgré les premières études cliniques au XIXème siècle sur sa nocivité, la consommation continue à se développer. Le tabac et les cigarettes font ainsi partie des rations de combat de l’armée française lors des 2 guerres mondiales.

Au milieu du XIXème siècle, il était mal vu de fumer en public. Or, l’industrialisation de la production et l’apparition des marques en font un symbole d’affirmation sociale et un signe de distinction des élites. Il devient également un symbole d’émancipation des femmes et des jeunes. On assiste pendant la seconde partie du XXème siècle à un affrontement entre les pouvoirs publics et les industriels du tabac. Ceux-ci s’efforcent de véhiculer un message positif et émancipateur à grand renfort de marketing (le cow-boy de Marlboro).

 

Quelles étapes pour les lois anti-tabac ?

Dès 1950 apparaissent les premières études aux Etats-Unis sur le lien entre cancer et tabac. Elles ouvrent la voie à un mouvement anti-tabac :

  • En 1964, le ministre de la Santé américain Luther Terry entraîne les premiers messages sanitaires sur les paquets.
  • 1981 : publication au Japon de l’étude de Takeshi Hirayama sur le tabagisme passif et sur le cancer du poumon chez les Japonaises non fumeuses mariées à des fumeurs.
  • 1987 : lancement de la Journée sans tabac par l’OMS.
  • 1998 : le Master Settlement Agreement a clôt les poursuites engagées contre les cigarettiers avec une amende de 250 milliards de dollars aux Etats-Unis.

En France, 2 lois luttent contre le tabagisme :

– La loi Veil du 9 juillet 1976 entraîne une stabilisation de la consommation (publicité, interdiction de fumer dans certains lieux, mention « Abus dangereux »).
– La loi Évin du 10 janvier 1991 : diminution de la consommation via un renforcement des règles contre l’alcoolisme et le tabagisme. Cette loi a entraîné une hausse des prix, l’interdiction de toute publicité directe ou indirecte, l’interdiction dans les locaux à usage collectif. Le décret « Bertrand » du 15 novembre 2006 renforce la loi Evin. Il assure une extension de l’interdiction dans les lieux publics fermés, transports en commun, écoles, etc.

En 2004, l’’article 13 de la convention cadre de l’OMS (CCLAT) interdit toute publicité et promotion du tabac. En 2011, il devient interdit de fumer dans les parcs à New-York. Depuis 2012, l’adoption du paquet « neutre » par plusieurs pays favorise la baisse du tabagisme.

 

L’évolution des comportements

La mondialisation favorise la propagation du tabagisme dans le monde. Les témoignages de Wayne McLaren et David McLean illustrent néanmoins la prise de conscience en Occident et l’évolution de l’image sociale du tabac. Les ex Malboro Men sont tous 2 décédés à la suite d’un cancer du poumon. Selon l’OMS, le tabac serait la première cause de décès évitables dans nombre de régions du monde avec environ 5 millions de décès par an.
Les cigarettiers produisent chaque années 5500 milliards de cigarettes (soit près de 1000 par individu). Cela représentera, en 2021, une valeur de 694 milliards de dollars. Soit une croissance de 2,8 % par an (la population mondiale augmente au rythme de 1,2 % par an). Un chiffre porté par les pays émergents, dont la Chine et l’Inde.

 

Selon une étude réalisée par la revue « Tobacco Control », le tabagisme absorbe environ 6% des dépenses mondiales consacrées à la santé et 2% du produit intérieur brut mondial (PIB). Le coût total du tabagisme s’élèverait à 1.436 milliards de dollars dans le monde, dont 40% à la charge des pays en développement. Ce coût du tabagisme englobe la somme d’argent nécessaire au traitement des maladies liées au tabagisme et le coût de la perte de productivité en raison de l’absentéisme aux travail.

Il ne faut pas oublier les coûts pour l’environnement. Un mégot de cigarette polluerait 500 litres d’eau, et chaque seconde, 137.000 mégots sont jetés par terre dans le monde.

Les politiques publiques semblent néanmoins peu à peu porter leurs fruits. En France, entre 2016 et 2017, 1 million de personnes ont arrêté de fumer.

 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter de wesharebonds, la plateforme de crowdfunding 


Voir les commentaires