Tour de France de WeSharebonds !


Au final pour les Français, l’année écoulée restera sans doute comme celle des « Gilets Jaunes » à défaut de maillot jaune ! Malgré l’espoir entretenu par le Français Julian Alaphilippe, 14 jours leader de La Grande Boucle, le Tour de France vient de s’achever sur la victoire d’un coureur colombien Egan Bernal ! Et si nous prenions cette occasion – alors que nous venons de fêter les 3 ans de WeShareBonds – pour réaliser le Tour de France de WeShareBonds.

Une présence de WeShareBonds et du crowdfunding sur l’ensemble de l’Hexagone

Nous avions il y a quelques temps réalisé le Tour du Monde de WeShareBonds, évoquant la dimension internationale de notre plateforme (membres expatriés investisseurs, exemple d’utilisation des fonds empruntés dans le cadre d’un développement à l’international des PME), alors que nous avons par ailleurs initié un partenariat avec l’UFE (Union des Français de l’Etranger).

Faisons maintenant un focus plus général, nous nous sommes livrés à un petit retour en arrière, en termes d’origine des prêteurs individuels, et de localisation des PME financées sur WeShareBonds. Résultat que nous avons comparé aux données du marché. Les principaux enseignements sont :

  • Une surreprésentation des investisseurs expatriés ou étrangers chez WeShareBonds (31% des investisseurs particuliers, contre 7% pour le marché du crowdfunding français).
  • Par ailleurs en termes d’origine des PME (non pondéré des montants), une présence sur les principales régions de l’hexagone avec une prépondérance de l’Ile de France (la base des 50 projets financés n’est pas forcément statistiquement très significative), phénomène que l’on retrouve de manière atténuée dans l’échantillon des principales plateformes.

 

Ce bais « centralisateur » est d’ailleurs parfois qualifié de mal français mais le crowdfunding  – au-delà de la pédagogie toujours nécessaire – présente tout le potentiel pour un développement des financements dans l’ensemble des régions, alimenté par une base d’investisseurs répartis dans l’ensemble des territoires.

Des français avec une opinion plutôt positive des PME

Pour rappel, la France reste néanmoins sans contexte le premier marché Européen du crowdfunding (encore loin derrière le Royaume-Uni). Les bases de développement sont présentes, les Français ont une vision plutôt positive des PME.

Selon une étude récente : « Étude d’opinion FEEF-Occurrence : La perception des Français à l’égard des PME » de la FEEF (Fédération Française de Entreprises et des Entrepreneurs), auprès d’un échantillon représentatif, ces derniers « font confiance » au PME à hauteur de 77% (contre 28% pour les grandes entreprises).

Parmi les raisons, les points prioritairement évoqués concernant les PME sont : « proches et humaines », « ont le souci de la satisfaction client », « sont dirigées par des entrepreneurs ».

De plus, une grande majorité des sondés estiment que les PME sont utiles pour l’économie française. Elles favorisent le développement économique régional et ont un rôle positif à jouer en terme développement des circuits court et du lien social.

A l’inverse beaucoup se sentent mal informés sur les PME et ils estiment que ces dernières font face à de nombreux freins pour pouvoir embaucher et à des contraintes fiscales…

Le financement participatif et le crowdlending peuvent dans ce contexte être un outil efficace, pédagogique et ergonomique pour combler ce déficit d’information et donner un accès amélioré aux financements. Reste à combler l’aversion des français au risque pour que le mouvement d’adhésion y compris financier – en faveur des PME soit encore plus généralisé !

 

A nous (vous) de jouer !

 

 

 


Voir les commentaires