Transition numérique et coronavirus

Mis à jour il y a 3 mois

Il est maintenant évident que la crise mondiale provoquée par le coronavirus nous a brutalement poussés un cran plus loin dans le monde numérique. De plus, ces changements de comportement auront immanquablement des effets durables lorsque les échanges commenceront à se normaliser et l’économie à se redresser. Le télétravail reste la face la plus visible de ce basculement, mais la transition numérique s’impose dans bien d’autres secteurs.

Télétravail

Du jour au lendemain, des millions de salariés français ont cessé de venir au bureau pour travailler chez eux, sur leurs ordinateurs reliés au réseau de leur entreprise. Au total, c’est près de 8 millions de personnes (soit 4 emplois sur 10) qui étaient en mesure, au début du confinement, de continuer leur activité par télétravail. Le service de vidéoconférence en ligne Zoom compte désormais plus de 200 millions d’utilisateurs par jour, contre à peine 10 millions en début d’année.
Cependant le télétravail ne convient évidement pas à tous les secteurs  ; dans le bâtiment, la restauration ou encore le divertissement, les salariés restent nombreux à ne pas pouvoir en bénéficier. Entre impossibilité de télétravail et arrêt d’activité, plus de 10 millions de salariés étaient déclarés en chômage partiel mercredi 22 avril d’après la Ministre du Travail Muriel Pénicaud. S’il est donc difficile d’imaginer l’avenir du télétravail dans des conditions aussi précipitées, le confinement aura néanmoins poussé un certain nombre d’entreprises (et d’employés) à l’expérimenter et à s’y familiariser. Mais entre isolement social et garde d’enfants forcée, les salariés n’auront pas forcément vu le meilleur du télétravail — celui-ci garde donc beaucoup d’optimisation à venir.

E-commerce

Les plates-formes numériques seront surement les grandes gagnantes de la crise que nous traversons. Alors que les commerces autres qu’alimentaires ont fermé, le e-commerce est devenu le seul moyen en période de confinement de se procurer des produits ‘non-nécessaires’. Ainsi, la proportion de Français faisant leurs courses en ligne a pratiquement doublé en un mois pour atteindre 20 %, selon le cabinet Kantar. Il y a cependant un grand risque d’une augmentation encore plus forte de la dominance des leaders de l’e-commerce après cette crise (ce qu’on appelle “l’effet réseau”) ; pour rappel, les sept premières plateformes numériques mondiales représentaient déjà les deux tiers de la valeur des plateformes numériques dans le monde en 2017. En cette période de demande croissante, elles vont ainsi pouvoir bénéficier des effets de réseau grâce à leur popularité et efficacité. Un des leaders, le groupe chinois Alibaba, a décidé d’investir 26 milliards d’euros pour se renforcer dans le cloud (informatique dématérialisée) au cours des trois prochaines années. Son président Daniel Zhang a déclaré à la suite de cette annonce «La pandémie de Covid-19 a accru la pression sur l’économie mondiale, mais elle nous incite également à mettre davantage l’accent sur l’économie numérique ».

Médecine

La numérisation permet aussi à la télémédecine de s’implémenter dans le quotidien des Français. Avec les mesures de confinement, le nombre de consultations à distance est toujours en très forte hausse. Selon les chiffres de l’Assurance-maladie, 601 000 téléconsultations ont eu lieu entre le 1er et le 28 mars, contre 40 000 en février. Pour cause, en plus du confinement, l’assouplissement le 10 mars des règles de prise en charge de la consultation, avec un remboursement à 100% contre 70% d’ordinaire. La consultation à distance peut permettre un suivi indispensable pour beaucoup de malades , même si à l’évidence elle ne pourra jamais remplacer un examen clinique.

Mais la transition numérique au sein de la médecine ne s’arrête pas la. L’intelligence artificielle (IA) gagne de plus en plus d’importance et de crédibilité. Elle permet par exemple de générer davantage de données sur l’expansion du virus, et facilite les échanges d’informations pour la recherche. Elle pourrait également jouer un rôle essentiel dans les protocoles de déconfinement.

Presse et Divertissement

L’amplification de la transition numérique pour la presse écrite est aussi brutale. Avec la fermeture de nombreux kiosques et l’impossibilité d’avoir recours à une publicité “classique”, les journaux papier doivent s’adapter au plus vite au format numérique. Sans une adaptation efficace de leurs business model, beaucoup risquent la faillite.

Idem pour l’industrie de cinéma, profession jusque là réticente au numérique — qui avait ainsi refusé que des films diffusés et tournés pour Netflix soient récompensés. Elle s’est vue autoriser l’accessibilité des films récents en vidéo à la demande. Les plateformes numériques de divertissements sont également en plein essor, les consommateurs recherchant des nouveaux moyens de se distraire pendant la crise.

Les limites de cette transition

Bien que la pandémie de Covid-19 accélère la transition vers une économie numérique, elle expose aussi le fossé numérique entre les divers pays et modèles sociaux. Les pays les moins avancés (PMA) sont les plus vulnérables aux conséquences humaines et économiques de la pandémie, et ils sont également les plus en retard en matière de préparation au numérique. Ainsi, dans les PMA, seule une personne sur cinq a accès à internet et, dans la plupart des pays en développement, moins de 5% de la population achète actuellement des biens ou des services en ligne. De plus, la faible qualité du débit freine dans tout les cas la capacité à utiliser les outils de télétravail. Le coût des données mobiles reste également élevé dans ces pays.

En conclusion, cette épidémie aura révélé le potentiel d’un monde transformé numériquement dans beaucoup de secteurs. Cette accélération puissante continuera sans doute sur la lancée ; cependant, entre protection des données et de la liberté individuelle, et inégalités face à l’accessibilité du numérique, elle fera aussi des victimes.

Publication originale le 24 avril 2020, mise à jour le 24 avril 2020

Sujet(s):

Articles recommandés